Retrouvez Aude sur son site professionnel

 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [b]PSYCHOLOGIE ÉQUINE : L'EXCITATION DU CHEVAL[/b]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: [b]PSYCHOLOGIE ÉQUINE : L'EXCITATION DU CHEVAL[/b]   Ven 18 Avr 2008 - 21:34

Il y a deux aspects à considérer à l'excitation : les excitants d'origine extérieure et l'excitabilité qui est génétique. Phénomène neurologique, cet influx nerveux est à l'origine du développement de l'intelligence, car il pousse le cheval à s'orienter et à bouger dans l'espace; c'est une stimulation énergétique. Le cerveau du cheval agit fébrillement sur les différentes fibres musculaires à la pleine longueur du cheval. La tendance naturelle sera de chercher à libérer ce feu énergétique par son mouvement, se manifestant comme un simple désir d'aller de l'avant, sans but particulier, sinon celui de se libérer des contraintes ressenties ou du surplus d'énergie. De l'extérieur, tout ce qui bouge dans l'envirionnement peut être un excitant pour le cheval surtout s'il est nerveux de nature. La sensibilité extrème de certains chevaux est en grande partie génétique, souvent en rapport avec une lignée et une race spécifique. mais la contrainte et l'intimidation sont aussi des facteurs agravants et on assiste souvent à des rébellions et à un besoin d'indépendance face à l'humain.

L'excitation d'un cheval dominant fort n'est pas facile à maîtriser. C'est un cheval quik impose le respêct par sa façon d'être ; il est habituellement très volontaire, fougueux, combatif et même potentiellement violent. D'où l'importance de l'éducation et d'une bonne qualité de vie. Les sessions de mise en confiance doivent être nombreuses et la désensibilisation bien faite et reprise régulièrement. C'est un cheval qui aura beaucoup de difficulté à suivre, car c'est dans sa nature d'être indépendant. Sa vitalité lui donnera des caractéristiques particulières, une certaine noblesse, un rayonnement ou un côté sauvage qui impose le respect de part son potentiel énergétique.

L'excitabilité varie d'intensité d'un cheval à l'autre et doit être identifiée par observation au cas par cas. En général, on retrouve dans cette catégorie des étalons reproducteurs où l'excitation peut être difficile à gérer, les chevaux qui ont été créés pour la vitesse ou pour la force, pour leur vaillance et pour leur capacité d'être de l'avant. Même les chevaux dont l'excitabilité n'est pas une caractéristique majeure, celle-ci joue un rôle important quant à la capacité de réponse à une demande, au développement de la confiance et d'un comportement volontaire.

Les chevaux sont capables de se couper de leur excitabilité; au lieu de rechercher la libération d'énergie, l'exctation est retenue, transformée en une sorte d'introversion passagère et relâchée en réactions émotives souvent imprévisibles. Le cheval a une excellente mémoire et, selon ce qu'on lui demande et notre attitude envers lui, va attribuer une valeur, une acceptation ou un refu de participer, résultat autant du moment présent que des expériences antécédantes. D'une certaine manière, ils prennent conscience d'eux-mêmes selon ce qui se passe dans leur environnement. On peut donc s'attendre à ce qu'ils deviennent aussi le reflet de leur cavalier, de leur éducateur ou de leur propriétaire.

Au niveau du partenariat, le comportement d'un cheval s'améliore et se modifie avant tout par l'influence et la manière que nous avons de le faire bouger. C'est aussi simple que cela. Pour le reste, on se doit de respecter sa forme physique en donnant et en maintenant les conditions nécessaires à son bien-être. Cet objectif fait référence à la panoplie de moyens que nous devons mettre à la disposition des chevaux si on veut contribuer à leur bien-être : a) combler les besoins en alimentation par une diète santé; b) combler l'inconfort par un environnement approprié à leur épanouissement; c) savoir traiter rapidement la souffrance, les blessures et les maladies; d) avoirt suffisamment d'espace pour permettre aux chevaux de libérer leur énergie tout en favorisant la grégarité; e) libérer les chevaux de la peur et de la violence mentale et physique.

Les premières observations de l'excitation devront tenir compte de la race, de la lignée, du poids, de l'âge, de l'alimentation, de la santé en général et du sexe de l'animal. On monte le dossier à partir des papiers d'enregistrement, de la connaissance de l'étalon et de la jument-mère afin de juger de la transmission génétique et ontogénétique de cette excitation.

La première observation aura pour bout d'évaluer l'excitabilité à l'état potentiel. Il s'agit ici d'observer le cheval dans son habitat naturel et dans sa relation avec les autres chevaux. Ce que l'on surveille c'est la dépense énergétique, l'agitation, la nervosité, le besoin de courir, l'initiateur potentiel des situations provoquant la déstabilisation de la harde ou du rapport cheval à cheval. Ces indices peuvent aussi nous révéler jusqu'à quel point le cheval va chercher à se libérer des emprises et dans quelle mesure il sera difficile de le conditionner à des réactions spécifiques. Ce sera aussi nos premiers constats en regard à la vitesse, à la force et aux mouvements brusques du cheval, sans intervention de notre part. Plusieurs jours d'observation seront nécessaires. Mais, chose certaine, les chevaux vont se mettre tôt ou tard à bouger, à dépenser leur énergie, à jouer et à créer différentes situations qui vont mettre en évidence leurs différentes caractéristiques. Étant donné le côté empirique de ces observations, il serait bon d'évaluer sur une échelle de 1 à 10, les résultats obtenus et miser sur l'expérience comme moyen de s'améliorer.

La deuxième observation aura pour but de mesurer le rapport de l'excitabilité et de la réactivité face à l'humain. Celle-ci s'évalue selon l'intensité émotionnelle inscrite dans la réponse du cheval face à son éducateur. Le cheval est retiré du groupe et placé dans un ring rond ou un petit manège. Est-il anxieux? On entre alors dans le ring jusqu'au milieu qui est une position dominante. Y'a-il une réaction? Ensuite, il s'agit d'avancer vers lui afin d'occuper l'espace du cheval, de prendre sa place, bref, de tester sa dominance. Une fois que le cheval s'est mis à bouger, l'éducateur suit son cheval en faisant un rectangle, les coins représentant les endroits stratégiques d'intervention. Pour le passer au galop, on saute légèrement en l'air tout en marchant pour l'inciter à courir. L'observation sera en rapport avec les réactions brusques, les tentatives d'accélération et les démonstrations de force ou d'intimidation. On évalue l'intensité des réactions sur une échelle de 1à10. Par contre, il n'est pas nécessaire de pousser le cheval outre mesure; un cheval excitable n'a pas besoin de grand chose pour devenir nerveux et irritable. Ce n'est pas le but.

La troisième observation est en rapport avec la qualité du mouvement. L'exercie a pour but de faire ressortir la fluidité et la légèreté des allures tout en observant l'intelligence du cheval à trouver les solutions face à nos demandes. On utilise le même exercice que le précédent, sauf que le mouvement de l'éducateur se fera dans un petit cercle au milieu du ring. L'utilisation de la chambrière peut être utile. Il s'agit de mettre le cheval en mouvement sur un cercle et de voir de quelle façon il va tenter d'éviter la pression, pression que l'on évalue selon notre capacité à tempérer notre énergie. L'éducateur contrôle les allures et les changements de direction tout en l'empêchant d'agir à sa guise. Il agit sur la flexibilité mentale du cheval, car ce n'est pas un exercice cardio. Certains chevaux vont s'adapter beaucoup plus rapidement que d'autres; un indice important en ce qui a trait à la vitesse d'apprentissage qui s'évaluer aussi sur une échelle de 1à10.

En ce qui concerne la légèreté, c'est premièrement le potentiel naturel du cheval que l'on recherche. Conserver cette légèreté, aussi minime soit-elle, est une priorité pour un développement harmonieux. Pour y arriver, l'attitude et la manière d'opérer du meneur sont déterminantes. Le travail en liberté est bénéfique à ce niveau, car il est plus facile pour le cheval de se libérer de pression à tout moment; il va progresser à son rythme et prendre confiance. Mais pour ceux qui aiment mieux travailler à la longe, un contact subtil avec le cheval est essentiel, du mou dans la longe afin de ne pas nuire à son mouvement et aussi pour qu'il se rende compte qu'il peut échapper à la pression quand il le désire. Évaluer sur une échelle de 1à10, la légèreté naturelle est une qualité recherchée dans la majorité des disciplines équestres.

La fluidité est synonyme d'aisance et de régularité dans les différentes manoeuvres, les allures et les transitions. On évalue le potentiel ou, selon le cas, les acquis. La maturité physique est une considérations important dans cette évaluation; un cheval de deux ans, par exemple, n'a pas toujours les épaules complètement soudées au corps et ce qui peut avoir l'air d'un manque de fluidité n'est en fait qu'une question d'âge. Mais il y a des chevaux qui maturent plus vite que d'autres. Encore là, l'observation par comparaison nous permettra d'évaluer le tout sur une échelle de 1à10.

En bref, voici notre première grille d'évaluation sur une échelle de 1`10 :

- Excitabilité en milieu naturel ?
- Excitabilité et taux de réactivité à l'humain ?
- Excitabilité, mouvement et capacité d'apprentissage ?
- Excitbilité et légèreté du cheval ?
- Excitabilité et fluidité du cheval ?

Bonne chance dans vos observations!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [b]PSYCHOLOGIE ÉQUINE : L'EXCITATION DU CHEVAL[/b]   Lun 21 Avr 2008 - 23:42

Continue à nous écrire des articles comme çà, perso, çà m'intéresse beaucoup ! ok ok
Revenir en haut Aller en bas
steph_nello



Féminin
Nombre de messages : 18652
Age : 27
Localisation : Cappelle-La-Grande (59, France)
Date d'inscription : 19/12/2005

MessageSujet: Re: [b]PSYCHOLOGIE ÉQUINE : L'EXCITATION DU CHEVAL[/b]   Jeu 24 Juil 2008 - 19:48

je double le message de miralda! encore!

_________________
... L'art de diriger consiste à savoir abandonner la baguette pour ne pas gêner l'orchestre ...
... ou la badine pour ne pas gêner le Cheval ...


~Herbert von Karajan~
Revenir en haut Aller en bas
http://stephnello.skyrock.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [b]PSYCHOLOGIE ÉQUINE : L'EXCITATION DU CHEVAL[/b]   Aujourd'hui à 7:00

Revenir en haut Aller en bas
 
[b]PSYCHOLOGIE ÉQUINE : L'EXCITATION DU CHEVAL[/b]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les sarcoïdes.
» Dermatophilose, gale de boue
» mutuelle du cheval
» Dpt 82, Urielle,sauvée par la fondation bourdon, placée à l'association cheval (2009)
» Cécité du vieux cheval

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aude et Etoile :: Pratiques et techniques équestres :: Autour des méthodes-
Sauter vers: