Retrouvez Aude sur son site professionnel

 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Peut-on donner trop de responsabilités au cheval?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
steph_nello



Féminin
Nombre de messages : 18649
Age : 27
Localisation : Cappelle-La-Grande (59, France)
Date d'inscription : 19/12/2005

MessageSujet: Peut-on donner trop de responsabilités au cheval?   Mer 7 Aoû 2013 - 17:17

Bonjour tout le monde!

Ca fait un bail qu j'ai pas lancé une question lol

Bon donc hier j'ai observé une leçon parelliste. J'ai eu de la chance, la prof m'a intégrée et a répondu à mes questions et observations.

A un moment Katy, emmêlée dans sa longe, l'a déroulée pour la réarranger. Elle n'a pas posé le stick donc ce faisant le stick valdinguait gaiement autour de la jument, qui l'a ignoré. Moi je n'y ai rien vu d'anormal, juste que Katy avait l'air bien embêtée par le matos et passait plus de temps à se dépatouiller qu'autre chose (et que c'est ça qui m'a fait me tourner de plus en plus vers la liberté, juste un stick à gérer! fumeur )

Mais E., la prof, lui a dit que c'était pas top car elle désensibilisait la jument et c'est incohérent avec le travail fait en amont. J'ai demandé si ce n'était pas justement une partie du travail, distinguer gestes signifiants et insignifiants, désensibiliser et sensibiliser en fonction du contexte, de l'intention et de l'énergie. Elle a répondu que oui, c'est un objectif, mais qu'on ne doit pas pousser. Que si le cheval a pour responsabilité de veiller à notre intention pour répondre de façon adéquate, nous on a comme responsabilité de ne pas lui envoyer de signaux insignifiants à tout-va.

Ca n'a pas été formulé en tant que tel, mais fortement suggéré en anglais (et je ne me souviens plus de la tournure), mais en gros entre ça et toute la leçon mon impression a été qu'elle estime qu'on ne doit pas submerger le cheval de responsabilités.

J'ai cru comprendre qu'à son avis, on doit donner le plus de directives possibles et claires au cheval et ne pas l'apesantir du fardeau de l'autonomie. On doit compter chaque pas, maîtriser chaque pied, ne pas faire de gestes parasites sous prétexte qu'il sait qu'ils ne le regardent pas, etc.


En soi le contrôle de chaque pied, oui je suis d'accord... sauf que... si au début je voyais ça comme un but, j'en suis vite venue, avec Nello (soyez indulgent(e)s, je n'ai quasi travaillé que lui depuis des lustres, alors j'ai bien conscience que je ne parle que de son cas à lui), à voir ce contrôle comme un impératif de sécurité. Donc tant que je peux dire à un pied, n'importe lequel, n'importe quand, de bouger, je suis contente. Mais après, si on fait un reculer, ou un DL, une mobilisation latérale ou un franchissement, je ne veux pas vraiment qu'il attende mon signal pour chaque pied individuellement. Je me vois mal dire "diagonal gauche. Bien. Diagonal droit. Bien. Diagonal gauche" pour un reculer quand je peux simplement mettre l'énergie et le rythme, et lui dire "bien" quand il diagonalise, et le laisser continuer à reculer en autonomie jusqu'à mon "aha" qui veut dire stop. Quand on DL, pareil, j'enclenche, je soutiens les premiers pas, et idéalement, après, il est lancé et je lui dis quand on s'arrête.
Quand on franchit une barre au sol, je l'aborde quelque part différemment si je veux un franchissement entier, où mon focus est sur l'après, je "m'envoie loin devant dans ma tête", et si je veux un arrêt au-dessus, où je suis en train de préparer l'arrêt et il sent qu'un truc va lui tomber dessus pour ainsi dire.
Peut-être que c'est la cause de nos petites difficultés de timing, j'en sais trop rien.

Quand ils ont fait la bordure maraîchère à coude, il fallait tout indiquer à Mirage. Je ne sais pas si c'était juste parce que Mirage ne connaissait pas l'exo et était paumée, ou si E. veut vraiment être en charge de tous les gestes. Je me souviens des débuts, et j'indiquais tout à Nello, oui, mais maintenant qu'il a compris, je le laisse se dépatouiller tout seul, je l'envoie sur l'atelier et il gère ses pieds. A reculons c'est pareil, je demande de reculer, je reste devant lui et le suis, on ralentit dans les coudes, mais je ne fais rien d'autre que regarder la sortie de l'atelier et transpirer de calme pour lui laisser le temps. Il réfléchit, il tâtonne parfois, mais il s'en tire tout seul.


Quant aux gestes parasites, je n'y ai jamais plus pensé que ça parce que si un geste est signifiant il est accompagné/précédé de l'énergie/focus et du claquement de langue ou bisou, s'il est insignifiant, il est précédé d'un "attends que je m'installe". La plupart du temps ce sont les gestes de "je ramasse et démêle la longe, je chasse une mouche, je me mouche le nez, je referme mon manteau". Et je n'ai jamais pensé en demander trop à Nello en attendant de lui qu'il sache ce qui est pour lui et ce qui est juste du ressort de ma maladresse ou de mes besoins primaires égo-centrés.

Maintenant je me demande si c'est pas cette approche-là qui nous a, entre autres défauts que j'ai, rendus si dépendants à la voix comme aide à part entière. Quand j'essaie de faire un truc en silence, c'est terrible. Ca marche s'il connaît bien, mais pour toute nouveauté, si j'ai pas la voix pour réguler, motiver, guider, apaiser, c'est méga dur. En fin de compte ce matin j'ai vu que mon focus était souvent mauvais, quand je me tais, et que je n'arrive à visualiser et être décisive que si je parle et verbalise. Donc faiblesse de mes intentions et de ma gestion du langage corporel?



Et si on va plus loin je prends encore plus de recul. Nello il aime bien être en charge, il est assez sûr de lui, dominant et fier. Et moi je suis fénéante. Sous couvert de sécurité et de fun, au lieu de prendre tout en charge, (je sais que techniquement je suis pas du tout à l'abri d'erreurs), j'ai appris à Nello à prendre pas mal de responsabilités. Gérer ses peurs, analyser, me demander en dernier recours de passer devant, en balade, j'en fais vraiment peu. Je dis stop aux carrefours, je suggère les transitions montantes, je descends s'il a peur. Et c'est tout. Il fait sûrement 80% du taf en balade. Sur les séances en carrière avec ateliers, j'ai deux configurations: atelier connu = je l'annonce vocalement et envoie dessus, et il fait tout seul, à sa façon. Si j'aime sa façon, apothéose, si j'aime pas, je dis juste "oui" parce qu'il l'a fait et on revient en encourageant plus de ci ou moins de ça, mais je suis très libérale. Atelier inconnu = guidage pas à pas après décomposition maximale de l'exo de sorte que mon guidage va être très light aussi. Et en guise de guidage, je le mets devant et j'attends de voir ce qu'il propose et on adapte en fonction, mais là encore il est très très acteur de ce qui se passe.


Du coup j'en viens à me dire que oui, en fait, j'attends plein plein de choses de lui. Je m'attends à ce qu'il me lise et me comprenne, ou bien me dise gentiment "non, je comprends pas", et s'il ne comprend pas, on décompose et je m'attends à ce qu'il essaie et communique. Je m'attends à ce qu'il use son cerveau et se tourne vers moi en cas de problème. Je m'attends à ce qu'il se débrouille tout seul quand il se met dans une embûche, là où les gens autour paniquent et me disent "oh vite vite ton cheval s'est enroulé dans sa longe!". Je m'attends à un comportement raisonnable en balade. Je m'attends à ce qu'il soit indifférent à mes crises et problèmes techniques comme une barrière coincée ou une longe emmêlée, mais qu'il réponde présent quand je le demande. Je m'attends à ce qu'il n'explose parce que d'autres chevaux explosent, et à ce qu'il ignore les provocations de tout animal si je suis avec lui.


Et je repense au truc de Parelli (?) qui dit que c'est du 51% pour le cavalier et 49% pour le cheval. Ben je crois que j'ai tout faux de ce côté là. On est sûrement plus à Nello 65% et moi 35%. (parce que je compte pas le financement, l'eau, les repas, le ramassage de crottin etc comme des responsabilités, lui elles ne lui parlent pas du tout! danse de la victoire ).

Et donc je reviens à ce que les gens me disent de lui. Il est réputé comme étant zen, calme, fiable, expressif et rigolo. Mais aussi, quand on nous voit bosser, je ne compte pas le nombre de "ah ben on ne se demande pas qui est le boss, en tout cas c'est pas toi!". Tout le monde dit que de nous deux c'est lui le chef.

Et moi de dire que non, que c'est un partenariat, et que comme dans toute équipe on a tous les deux voix au chapitre, et que c'est pas 50-50 forcément mais que si je dois prendre plus là je lui donne plus ici, etc. Mais finalement il a peut-être bien plus de responsabilités et à terme de "pouvoir décisionnel" que moi.


Et d'un côté, quand on est en terrain difficile ou sur un parcours d'obstacles, ça m'enchante car je suis une bille, alors avoir un cheval qui trouve ça parfaitement réglo et normal de nous transporter sains et saufs à l'arrivée que j'ai en tête, ça me plaît. Mais est-ce que je lui en demande trop? Est-ce que je suis juste en train de fuir lâchement mes propres faiblesses ou responsabilités?
Est-ce que ça ne marche que parce que Nello a ce caractère affirmé et charismatique, et qu'on s'est tous les deux ancrés dans la routine? Est-ce que ce serait voué à l'échec avec un autre cheval?


Jusqu'à quel point veut-on amener nos chevaux à être autonomes et responsables? Jusqu'à quel point devrait-on contrôler leurs mouvements? Quelle proportion de "libéralisme" et de "directivisme" devrions-nous adopter? Si on a une proportion abstraite, concrètement on va la traduire comment au quotidien?


Voilà, ça ressemble à une foule de questions, et je pense que en gros ça tombe tout sous "dans quelle mesure est-il bon d'avoir un cheval autonome et responsable?" ou "est-ce acceptable de n'indiquer que des grandes lignes au cheval et de le laisser les appliquer à sa manière tant que c'est fait dans la sécurité et le plaisir?".



Parce que si je repense encore à tous ces traits de horsenality, pour E. Mirage est LBE. Nello l'est aussi. Pourtant à les voir j'ai pas du tout l'impression que c'est le cas. Mirage a paniqué plus d'une fois en touchant les barres et se laisse distraire par tout et n'importe quoi. Extravertie, oui. Left-brain, je sais pas. Je croyais que si notre système libéral marchait c'est justement parce que Nello est un LBE, et que de la sorte il s'exprime dans un cadre assez lâche pour son confort, et il se sent valorisé parce qu'il a un gros rôle à jouer. Il n'a pas de problème à me dire quand c'est trop effrayant pour lui, et il accepte sans souci mon aide.
Un RB serait évidemment différent, et moi je voyais plus Mirage comme une RB... Maintenant je suis un peu perdue et je me demande si j'ai pas formaté Nello pour mon confort à moi (c'est quand même cool de juste pointer un obstacle et le laisser le franchir à sa guise, et pointer un sentier et regarder les papillons, etc).

_________________
... L'art de diriger consiste à savoir abandonner la baguette pour ne pas gêner l'orchestre ...
... ou la badine pour ne pas gêner le Cheval ...


~Herbert von Karajan~
Revenir en haut Aller en bas
http://stephnello.skyrock.com
Alastyn
Administratrice
Administratrice


Féminin
Nombre de messages : 9134
Age : 29
Localisation : Meaux
Date d'inscription : 09/02/2010

MessageSujet: Re: Peut-on donner trop de responsabilités au cheval?   Mer 7 Aoû 2013 - 22:45

À lire un peu vite j'avoue, je pense aussi que chez les parrelistes il y a aussi la notion de zéro prise de decision chez le cheval. Dans le sens ou responsabilités se confond presque chez eux avec libertes mais ça doit être politiquement pas correct et incohérent avec leur fameux 51-49% que je ne retrouve personnellement jamais dans leurs façon de travailler (ce qui n'enlève pas à la qualité de la méthode, je trouve juste ça assez hypocrite, enfin marketing, de leur part). Donc en partant de la méthode Parreliste, je pense que la question derrière le mot "responsabilité" est bien : "peut on donner trop de liberté au cheval?"

Leur réponse est non apparemment, et si tu pense cheval comme instrument de travail ça semble logique voir inévitable de pouvoir à tout moment contrôler chaque pieds.

Si tu pense cheval de loisir comme VSV par exemple, tu peux donner des responsabilités sous forme de contrats à ton cheval, ce qui pour moi correspond à une forme de "liberté surveillée", dans laquelle tu n'a pas réellement le contrôle des pieds à tous moments, mais ou tu peux rapidement le récupérer.

Apres Si tu pense comme F Pignon, la ça change totalement la donne, pour le coup lui il fait réellement du 51-49% en laissant des libertés à ces chevaux en acceptant ce qu'ils proposent et en sortant du traditionnel ordre/obéissance mais en cherchant des compromis et entrer dans la négociation. Ce qui est beaucoup plus tendu à faire et surtout à exporter et commercialiser.

Après pour en revenir au fait de base, je trouve ça intéressant la remarque de la prof Parreliste : toujours faire attention à son langage corporel. Pignon est contre les désensibilisations à tout va, pour lui ça "éteint" inutilement les chevaux de les désensibiliser à des choses que l'on ne rencontrera jamais en lui apprenant à "subir en silence" alors que le cheval est par essence un animal de fuite, ça n'est pas annodin d'essayer de lui retirer ça. Lui essaye justement de sensibiliser le plus possible le cheval a son langage (et ses instruments) ce qui est tout à fait dans la même optique que la remarque.
Sont vraiment pleins de facettes les parrelistes... Ça me donne à chaque fois envie de fouiller !

_________________
conseils et astuces TREC : http://trec-28.e-monsite.com/
blog de Val : http://apprentie-treckiste.blogspot.fr/
Revenir en haut Aller en bas
http://trec-28.e-monsite.com/
trotte-84



Féminin
Nombre de messages : 3716
Age : 27
Localisation : 42
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Peut-on donner trop de responsabilités au cheval?   Jeu 8 Aoû 2013 - 8:33

C'est bizarre parce que chez Parelli on insiste justement beaucoup sur la notion de responsabilité du cheval, donc j'avoue être surprise par cela...
Avec le jeu du cercle le but est de rendre le cheval autonome, il ne doit pas déroger au contrat, sur pleins d'autres jeux aussi (DL, driving game), et sur énormément de pattern monté! "Maintain gate, maintain direction"
Le cheval doit se prendre en charge à partir du moment où l'on donne une indication et ne plus en sortir jusqu'au prochain signal, et entre temps on est "neutre", pas actif...

C'est d'ailleurs ce que je n'aime pas toujours, j'aime avoir certains contrats avec mes chevaux et qu'il soit autonome sur certains aspect... Mais finalement quand je vois parfois les demos parelli où le cheval fait 40 tours au galop, 40 au trot, et 40 au pas, avec un bonhomme au milieu qui ne regarde même pas son cheval, je ne suis pas convaincue en terme de respect, d'écoute, d'attention et de relation avec notre cheval, mais c'est un point de vue perso...

Après il y a autre chose chez Parelli, chez les chevaux dit LBE par exemple (left brain extravert, cerveau gauche extravertie) soit un cheval exhubérant, vif, curieux, joueur, mais avec de l'énergie à canaliser, c'est une des stratégies à utiliser, demander des exercices difficiles, où l'on va contrôler les pieds au millimètre faire du très précis, du compliqué, pour justement ne pas les ennuyer avec du répétitif...


Le 51%/49% veut dire une chose, on laisse de l'autonomie et de la responsabilité au cheval (en selle maintenir son allure, sa direction par exemple), tout en gardant 1% de plus que lui qui nous donne le contrôle...

Si tu es vraiment à 35%-65% ça veut dire que c'est Nello qui prend beaucoup des décisions, où vous allez en carrière, quel chemin prendre en rando, etc. et encore...
Dans cette figuration là tu n'avancerais pas vraiment sur les apprentissages...

Le seul jeu chez Parelli où on est en inverse en, 49% - 51% c'est le jeu du passager, en selle, le cheval choisi la direction et l'allure, et nous on est juste "passager"

Donc je pense que la signification du 51%-49% soit tout à fait celle que vous décrivez...

Après je pense que justement oui c'est de notre responsabilité de donner des ordres claires à notre cheval, de ne faire attention à notre gestuelle (désensibilisation non désirée compris), de ne pas demander l'attention de notre cheval quand nous n'avons pas la notre portée sur lui...

_________________

Mon site sur mon activité de pareuse équin et éducation du cheval http://elodie-leclercq.wix.com/parage
Revenir en haut Aller en bas
http://elodie-leclercq.wix.com/parage
philosophi



Féminin
Nombre de messages : 7068
Age : 37
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 28/11/2009

MessageSujet: Re: Peut-on donner trop de responsabilités au cheval?   Jeu 8 Aoû 2013 - 9:17

Si on veut gagner en finesse, je pense qu'il faut bannir tout mouvement parasite.
Moi aussi, je suis de moins en moins convaincue par les désensibilisations au stick sifflant... parce que j l'ai trop fait et Sampa, le stick, elle n'y reagit pas assez je trouve.
Revenir en haut Aller en bas
steph_nello



Féminin
Nombre de messages : 18649
Age : 27
Localisation : Cappelle-La-Grande (59, France)
Date d'inscription : 19/12/2005

MessageSujet: Re: Peut-on donner trop de responsabilités au cheval?   Jeu 8 Aoû 2013 - 12:06

@Alastyn a écrit:
je pense que la question derrière le mot "responsabilité" est bien : "peut on donner trop de liberté au cheval?"
Leur réponse est non apparemment, et si tu pense cheval comme instrument de travail ça semble logique voir inévitable de pouvoir à tout moment contrôler chaque pieds.
Non justement leur réponse serait « oui, tu donnes trop de liberté, le cheval ne doit pas en avoir trop. »

@Alastyn a écrit:
Si tu pense cheval de loisir comme VSV par exemple, tu peux donner des responsabilités sous forme de contrats à ton cheval, ce qui pour moi correspond à une forme de "liberté surveillée", dans laquelle tu n'a pas réellement le contrôle des pieds à tous moments, mais ou tu peux rapidement le récupérer
Voilà, nous on est en balade en mode VSV, avec les contrats, et on inclut un chouya de Pignon au sens où s’il a envie d’un truc, il peut le demander. Il ne le fait pas tout seul, genre « oh je galoperais bien, tchou » mais « dis on ferait pas un galop ? – non. –OK tant pis ».

A propos des gestes parasites et de la sensibilisation, en fait j’en arrive à une question que j’ai posée sur mon journal, là c’est juste ma faute en tant que paresseuse maladroite. Oui les gestes parasites sont à éviter. Mais là ce qui m’a marquée c’est que bon, ta longe s’emmêle, tu veux la renrouler, est-ce que tu dois pour ça immobiliser cheval, poser le stick, t’éloigner et enrouler la longe loin histoire de ne pas lui donner d’indices parasites ? Moi je prends ces occasions comme un break où il peut regarder autour de lui, et moi je me remets en ordre. Puis on se concentre tous les deux à nouveau et c’est reparti.

Donc pour l'idée qu'on doit être plus concentré sur le langage corporel et que moi je suis trop brouillonne et "filante", en fait je suis plutôt d'accord. Je ne sais pas si je suis assez gênée par notre flou "artistique" pour vraiment bosser dessus plutôt qu'utiliser ma voix comme béquille, mais je suis d'accord avec le fait que c'est une grosse faille que j'ai.
Après dans ce souci constant de ne pas "endormir" l'attention du cheval, je ne sais pas où je place la limite. Je veux dire, je n'ai pas spécialement envie d'un cheval tellement au taquet que si j'éternue il parte au galop parce que y a eu sursaut d'énergie et mouvement avec crispation des abdos. Je grossis le trait mais vous voyez l'idée?

_________________
... L'art de diriger consiste à savoir abandonner la baguette pour ne pas gêner l'orchestre ...
... ou la badine pour ne pas gêner le Cheval ...


~Herbert von Karajan~
Revenir en haut Aller en bas
http://stephnello.skyrock.com
steph_nello



Féminin
Nombre de messages : 18649
Age : 27
Localisation : Cappelle-La-Grande (59, France)
Date d'inscription : 19/12/2005

MessageSujet: Re: Peut-on donner trop de responsabilités au cheval?   Jeu 8 Aoû 2013 - 12:28

Trotte a écrit:
C'est bizarre parce que chez Parelli on insiste justement beaucoup sur la notion de responsabilité du cheval, donc j'avoue être surprise par cela...
Ben oui je me disais aussi contrats et discontinuité des aides, mais à la leçon j’ai pas vu des masses de moments où on laisse la jument continuer. Bon E a bien dit que Katy ne relâchait pas assez donc c’est pas son idéal. Mais en discutant, j’ai vraiment eu l’impression d’une idée de « je maîtrise toujours les pieds de mon cheval, même s’il ne s’en rend pas compte ». C’est via les jeux et tout mais ça reste dans l’idée du contrôle intégral, mais habilement déguisé en jeu, du corps du cheval. Et l’idée me dérange…

Trotte a écrit:
Après il y a autre chose chez Parelli, chez les chevaux dit LBE par exemple (...) c'est une des stratégies à utiliser, demander des exercices difficiles, où l'on va contrôler les pieds au millimètre faire du très précis, du compliqué, pour justement ne pas les ennuyer avec du répétitif...
Oui mais là on n’est pas, dans mon esprit, dans du « je décide de où tu mets tes pieds ». Avec lou quand on fait des défis comme ça, en fin de compte, c’est du « je t’ai préparé un défi ardu, et on va le faire ensemble parce que je vais t’aider discrètement ». Et plus ça va moins il a besoin d’indices forts, juste un regard, le focus et il le fait « tout seul » et concentré. Mais dans ces trucs-là je n’ai jamais l’impression de « contrôler », j’ai l’impression d’être dans un cadre qui requiert la précision, et de juste aider le cheval dans la bonne direction. Mais ça c’est peut-être juste mon côté perso obsédé par l’indépendance et l’autonomie qui fait que je cherche à donner à Nello l’autonomie que je voudrais moi-même vraiment avoir… :-s on va entrer dans de la psychanalyse si je continue…

Trotte a écrit:
Si tu es vraiment à 35%-65% ça veut dire que c'est Nello qui prend beaucoup des décisions, où vous allez en carrière, quel chemin prendre en rando, etc. et encore...
Dans cette figuration là tu n'avancerais pas vraiment sur les apprentissages...
L’usage du conditionnel montre que tu te doutes qu’on n’en est pas vraiment à 35-65. C’est le pourcentage que les gens qui nous voient pensent manifestement que nous avons. C’est ce qu’ils traduisent par leur « c’est lui le boss », quand moi je dis « on est une équipe, et on fait continuellement un pas l’un vers l’autre ». Je ne sais pas quantifier. Je pense qu’en plus ça change tout le temps ! Un jour je vais vraiment rien vouloir faire, mais lui en a besoin et envie. Alors je me donne un coup de pied aux fesses et me force pour lui. Ou bien il voit les obstacles et a envie d'y aller, et même si moi je ne suis pas emballée, je le laisse faire et joue la passagère. On peut dire qu’il décide ce jour-là plus que moi ? Mais le lendemain lui ne veut rien faire. Sauf que moi je sais que ses pieds ont besoin d’activité. Je vais le forcer à partir en balade sur terrains variés, tout en ménageant des pauses sympa pour lui. Mais dans ces jours-là, au départ, il n’a vraiment pas le pas plein d’entrain. Là c’est donc moi qui décide plus. Donc y a pas un pourcentage défini je pense, en dépit de l'impression qu'on donne. (peut-être qu'on donne cette impression par manque de conflits visibles aussi, il a toujours ou presque l'air serein et baba cool, et moi aussi, alors si y a pas révolte, je peux pas être le boss, vu qu'un cheval devrait se révolter face au boss au moins une fois par je sais pas quelle tranche de temps...)

Comment on caractérise ce contrôle de toute façon? Est-ce que accepter le fait qu’aujourd’hui il n’a pas envie d’un gros pansage et me contenter d’une inspection express, c’est lui laisser trop de choix ? Et est-ce que quand il ne veut pas vraiment bouger mais que je vais quand même en carrière avec des ateliers, même si à la fin il est content et en redemande, est-ce que là je fais une poussée dictatoriale ?
Ou bien ce "contrôle" ne veut-il que parler de la bulle, de l'espace, du respect des aides?

Plutôt que des pourcentages et du leadership et du contrôle du cheval ou lui qui nous contrôle nous, je sais pas, j’ai vraiment de moins en moins l’impression de coller à ce vocabulaire et ces idées. Je ne m’y retrouve plus. Oui, je suis « leader » peut-être au sens où ultimement je décide. On va faire un TREC fin août alors qu’il le veuille ou non on va devoir pratiquer, et même si j’amène tout en déguisant en jeu au maximum, ben on va faire mon idée à la fin. Et puis si y a danger, je suis le référent. Mais en fin de compte je m’en fiche un peu de savoir si à tout instant je contrôle tout. Tant qu’en cas de souci il s’en remet à moi, c’est bien.


Trotte a écrit:
Donc je pense que la signification du 51%-49% soit tout à fait celle que vous décrivez...
T’as pas oublié un « pas » là ? Tu penses que la signification du 51-49 c’est quoi finalement ?

Trotte a écrit:
Après je pense que justement oui c'est de notre responsabilité de donner des ordres claires à notre cheval, de ne faire attention à notre gestuelle (désensibilisation non désirée compris), de ne pas demander l'attention de notre cheval quand nous n'avons pas la notre portée sur lui...
Justement, quand je réarrange mon matos, je ne suis pas « avec lui », alors est-ce que c’est de la désensibilisation/irrespect de ma part de ranger nos barres avec un stick en main quand il est dans le coin, et est-ce que je vais induire de la confusion ? Pour moi un cheval qui a peur de ces outils ben ce sont des moments comme ça qui font partie de l’habituation. Et pour un qui y est sensibilisé, c'est juste un moment où l'humain n'est plus en mode "focus-jeux-travail" et où le cheval peut aller se rouler, brouter, dormir, errer de ci de là. Après Nello des fois quand je range tout il me suit et on joue entre deux à son initiative, mais des fois il va faire son tour. Il a bien compris que quand je fais autre chose, il a la liberté de faire de même ou de m’accompagner, et y a pas de pattern bien régulier parce que ça dépend de l’environnement. Hier il a fait un break pour aller voir les ponettes un moment, puis il a décidé de revenir pendant que je finissais de bouger nos ateliers et d’enrouler les longes. C’était son mouvement, moi je l’ai accueilli quand il est venu, mais sans plus, et j’ai continué avec lui sur mes talons. Je n’exigeais rien mais il avait envie.


_________________
... L'art de diriger consiste à savoir abandonner la baguette pour ne pas gêner l'orchestre ...
... ou la badine pour ne pas gêner le Cheval ...


~Herbert von Karajan~
Revenir en haut Aller en bas
http://stephnello.skyrock.com
steph_nello



Féminin
Nombre de messages : 18649
Age : 27
Localisation : Cappelle-La-Grande (59, France)
Date d'inscription : 19/12/2005

MessageSujet: Re: Peut-on donner trop de responsabilités au cheval?   Jeu 8 Aoû 2013 - 12:32

@philosophi a écrit:
Si on veut gagner en finesse, je pense qu'il faut bannir tout mouvement parasite.
Moi aussi, je suis de moins en moins convaincue par les désensibilisations au stick sifflant... parce que j l'ai trop fait et Sampa, le stick, elle n'y reagit pas assez je trouve.

Je suis d'accord avec ta première phrase maintenant. Elle m'avait un peu embêtée avant-hier. Je crois que ce qui m'a embêtée c'est l'idée que même si la voix est là pour aider en béquille quand on n'est ni Parelli ni Pignon, on ne doit pas l'utiliser et on doit juste se servir du corps. Je suis d'accord que ce serait l'idéal. Mais à titre personnel de cav de loisirs, je ne suis pas sûre d'avoir envie d'entrer dans un casse-tête laborieux, en sortant du taf par exemple, alors que si je dis "hanche" ou "décale" en plus du geste ça va faire click.

Pour les désensibilisations, je plussoie. Je crois même que mon recours de plus en plus abondant à la voix à pied a coincidé avec l'intégration de l'inoffensivité du stick et de la longe. Et donc les gestes impliquant main, stick et longe, il les ignore si la voix ne soutient pas. Alors que les pressions et contacts tactiles selon nos phases, je n'ai pas besoin de la voix, juste l'énergie et le contact.

Mais c'est dommage de se taire quand on peut aider le transfert d'un mouvement. Genre le reculer, acquis par devant au licol, si on y colle le mot, après ça aide le cheval à transposer au reculer en zone 2 ou 3 puis 4 et 5. Sans ça, c'est plus dur, non?

_________________
... L'art de diriger consiste à savoir abandonner la baguette pour ne pas gêner l'orchestre ...
... ou la badine pour ne pas gêner le Cheval ...


~Herbert von Karajan~
Revenir en haut Aller en bas
http://stephnello.skyrock.com
Alastyn
Administratrice
Administratrice


Féminin
Nombre de messages : 9134
Age : 29
Localisation : Meaux
Date d'inscription : 09/02/2010

MessageSujet: Re: Peut-on donner trop de responsabilités au cheval?   Jeu 8 Aoû 2013 - 12:44

Ah d'accord merci Trotte pour ton éclairage sur les 51-49% Parreliste, je comprend mieux l'expression.
En fait, c'est de la "liberté surveillée" comme VSV en quelque sorte.

Encore une fois, je trouve ça très "marketing" comme terme, enfin clairement le cheval ne fait pas 49% par lui même, il se contente d'obéir... Et subit une correction dès qu'il s'écarte des directives (pas de jugement de valeur, j'applique beaucoup ce système de contrats, mais je trouve VSV moins hypocrite pour le coup! Je préfère sa formulation et moi aussi ça me dérange le cheval qui bosse "tout seul" sans participation de son bipède, même si ca doit convenir à pas mal de chevaux cet aspect : "je fais mon job, on me laisse tranquille, c'est réglo")

_________________
conseils et astuces TREC : http://trec-28.e-monsite.com/
blog de Val : http://apprentie-treckiste.blogspot.fr/
Revenir en haut Aller en bas
http://trec-28.e-monsite.com/
SDE



Féminin
Nombre de messages : 5455
Localisation : ardennes
Date d'inscription : 03/03/2005

MessageSujet: Re: Peut-on donner trop de responsabilités au cheval?   Jeu 8 Aoû 2013 - 13:10

Je pense qu'au début, tu dois être directif avec le cheval en apprentissage : pour reculer tu apprends à maîtriser pied par pied, sens de la tête, mouvement au mm près. La précision c'est un objectif important !

Tu peux / dois aussi travaller l'attention et le focus, là le cheval doit être à 100% avec toi, réagir au mini-signal, là il t'est interdit de faire des mouvements parasites sinon le pauvre cheval va être perdu, en effet.

Mais comme dit Trotte le cheval apprend aussi à être autonome, donc à agir même si tu regardes ailleurs, si tu bâilles ou si tu enroules la longe.

Comme toi Steph, je fais la différence entre action et inaction, avec la voix. Si je gronde mon cheval et lui mets une mini tape, il va sursauter penaud. Si je veux claquer un taon, je lui dis "ne bouge pas", je lui mets une méga-baffe et il ne réagit pas...

Ensuite dans ce contrôle absolu du cheval, je reconnais certains westerners : pour eux le cheval doit obéir à l'ordre et ne prendre aucune initiative. Si on galope vers un mur, si on ne dit pas "stop" le cheval doit se taper la tête dans le mur, en gros. Si on est poursuivi par un incendie, le cheval doit rester au pas si on ne lui donne pas l'ordre de fuir au galop, même si sa queue commence à cramer.

Moi je recherche un autre objectif, un cheval qui peut avoir des envies, "demander" poliment, rester obéissant si je ne l'autorise pas, mais qui sait prendre des initiatives. Seule en extérieur ça m'est déjà arriver de ne pas savoir quoi faire, Lotus a pris une décision et m'a sortie d'affaire.

Comme toi Steph mon impératif c'est la sécurité. Marcher pas à pas en haut d'une crête e controlant chaque centimètre d'avancée, c'est ce qu'il me faut. Un cheval qui décide de faire bulldozer quand on est coincés, et que j'hésite à reculer, faire demi-tour ou avancer malgré tout, pendant un quart d'heure, c'est une sécurité aussi. Mon cheval sait être obéissant et précis dans certains moments, s'éclater à fond si je l'y autorise, et agir quand je lui laisse l'initiative.

Personnellement j'ai le même problème de manque de rigueur vis à vis de ma position corporelle, mais comme je fonctionne en couple avec MON cheval depuis des années, la voix a suppléé à cela, tant mieux vu que la voix s'utilise aussi en attelage ! Je ne vois pas ça comme un défaut pusique je ne travaille que lui (en général) et cette méthode nous convient à tous 2.

Après si tu veux débourrer plein de chevaux, tu as intérêt d'être au top de la communication par postures et là tu ne peux pas te permettre les mêmes approximations.

Sinon en général je procède par contrats, comme VSV et si je demande le pas, le contrat peut durer plusieurs kilomètres ! Donc même si le cheval est rênes longues il est en "obéissance" pusiqu'il doit s'abstenir de brouter, trotter, s'arrêter, bref il semble me promener sur son dos, mais vu de l'intérieur il ne fait que suivre mes "ordres".

Ca aussi ça peut induire des cavaliers plus "directifs" en erreur ; je ne place pas le cheval entre rênes et jambes, je ne contrôle pas le placer, je ne force pas l'engagement des postérieurs, bah 'il ne travaille donc pas ! "

_________________
http://ardennesacheval.free.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://ardennesacheval.free.fr
steph_nello



Féminin
Nombre de messages : 18649
Age : 27
Localisation : Cappelle-La-Grande (59, France)
Date d'inscription : 19/12/2005

MessageSujet: Re: Peut-on donner trop de responsabilités au cheval?   Jeu 8 Aoû 2013 - 13:53

SDE, tu résumes tout à la perfection, merci! Ca réconcilie tout d'un coup... ouf!

Plus j'y pense plus je me dis que même si je n'ai jamais pris de leçons, je crois que sur pas mal d'exos Nello a passé la phase apprentissage où je lui disais tout de A à Z, et c'est pour ça que je vois un gros décalage, puisque maintenant pour reculer je n'ai guère besoin de détailler.

Bon en gros j'ai les mêmes objectifs que toi et je pense pas que travailler d'autres chevaux sera à l'ordre du jour avant un bout de temps. Mon langage corporel est assez clair pour les tâches quotidiennes (mener, prendre les pieds, panser, faire le box), et donc pour l'instant je vais continuer à réfléchir à comment améliorer ma finesse mais ne pas m'obnubiler avec ça...

Et oui ça m'est déjà arrivé aussi qu'il nous tire d'affaire en balade, et s'il attendait bêtement mes ordres on aurait été dans le crottin...

_________________
... L'art de diriger consiste à savoir abandonner la baguette pour ne pas gêner l'orchestre ...
... ou la badine pour ne pas gêner le Cheval ...


~Herbert von Karajan~
Revenir en haut Aller en bas
http://stephnello.skyrock.com
trotte-84



Féminin
Nombre de messages : 3716
Age : 27
Localisation : 42
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Peut-on donner trop de responsabilités au cheval?   Jeu 8 Aoû 2013 - 13:58

Je ne sais pas Steph, je ne serais pas tout à fait d'acc avec leur définition parelliste du 49/51%, mais comme je te disais du jeu du passager, le cheval qui décide donc de l'allure et de la direction pour eux, c'est 51% le cheval, 49% le cavalier...
Donc dans leur conception parelliste, je ne pense pas que tu sois sur du 35-65, car je pense que toujours dans leur définition, il y aurait un pb de cadre...

Après si je prenais ma conception des choses, j'envisage bien ton 35-65, comme moi je dirais que quand je suis en attelage, je suis sur du 65-35 peut être (là où les parellistes veraient du 51%-49%) je ne sais pas si je me fais bien comprendre?

Mais à la limite je pense qu'on s'en fou un peu ^^

Je pense que plus que la voix, c'est aussi l'intention qu'on met qui va être décisive, entre je viens pour enlever une mouche à mon cheval et je lui file une tape sur le nez... Ou je demande quelquechose à mon cheval, et je renroule ma longe...

Et donc en cela, je pense que le cheval perçois bien la différence...
Après c'est plus se dire que plus on sera attentif à nos mouvements, notre gestuelle, plus on rendra notre cheval fin et attentif à ça, plus on gagnera en finesse?

_________________

Mon site sur mon activité de pareuse équin et éducation du cheval http://elodie-leclercq.wix.com/parage
Revenir en haut Aller en bas
http://elodie-leclercq.wix.com/parage
steph_nello



Féminin
Nombre de messages : 18649
Age : 27
Localisation : Cappelle-La-Grande (59, France)
Date d'inscription : 19/12/2005

MessageSujet: Re: Peut-on donner trop de responsabilités au cheval?   Jeu 8 Aoû 2013 - 15:14

J'ai vraiment du mal avec leur concept de 51-49 et donc avec nos pourcentages aussi. Parce que la petite fille idéaliste que je suis se plaît à penser partenariat, équipe, confiance et écoute, et que du coup ça n'a aucun sens de voir qui fait plus ou décide plus puisqu'on est plus dans une optique de discuter et trouver ensemble une solution qui nous met d'accord.

Après genre en attelage je conçois qu'avec tous les impératifs pratiques (sécurité notamment) ben tu es "obligée" d'être plus directive, on ne peut pas vraiment dire d'atteler en paire et laisser les chevaux décider, bonjour la zizanie, si l'un veut brouter l'autre galoper, l'un voit un papillon à droite l'autre un arbre à gauche, ben t'es mal.

Après je me demande si moi la voix ne me sert pas justement parce que sans verbaliser j'ai du mal. C'est un problème quotidien. Je suis de ces personnes qui parlent quand elles font quelque chose. Je me parle à voix haute quand j'organise ma journée, quand je prépare des ressources, quand je rédige un essai... Quand je me concentre sur quelque chose, le verbaliser a toujours été un de mes processus pour faciliter l'immersion dans la tâche. Si je dois me taire je trouve toujours les choses plus délicates. En examen bien sûr je m'en sors mais souvent je "parle muettement", j'articule les mots et phrases avec ma bouche sans son. Et je crois qu'avec les chevaux je suis pareille à pied. Monté, on m'a appris d'une autre façon dès le début donc je suis entrée dans le moule muet, mais à pied j'ai tâtonné toute seule, et chez moi tout tâtonnement implique oralisation des choses, et une fois qu'on s'y est fait ben c'est dur d'arrêter.
J'ai l'impression que si je dis le mot, c'est comme la parole performative des contes de fées, l'action va s'ensuivre, que le mot prononcé concrétise mon intention dans un monde matériel...

_________________
... L'art de diriger consiste à savoir abandonner la baguette pour ne pas gêner l'orchestre ...
... ou la badine pour ne pas gêner le Cheval ...


~Herbert von Karajan~
Revenir en haut Aller en bas
http://stephnello.skyrock.com
lolita



Féminin
Nombre de messages : 1268
Localisation : vaucluse
Date d'inscription : 26/10/2010

MessageSujet: Re: Peut-on donner trop de responsabilités au cheval?   Jeu 8 Aoû 2013 - 21:30

J'ai lu en diagonale, désolée si je suis hors sujet....mais avec la domestication on a déchargé pas mal nos chevaux en responsabilités, les juments ne poulinent plus tous les ans donc pas de poulain a gerer, les entiers n'ont plus de troupeau à surveiller, nos chevaux n'ont plus a se soucier de leur survie ou de leur quête de nourriture, finalement ils n'ont a se soucier de rien, tout leur est servie sur un plateau donc ne culpabilisons pas de leur donner un peu de responsabilité au boulot, tout comme, je pense, il est bon (et ils aiment!) de les cadrer et de les diriger mais d'une façon "passive", dans l'idée d'etre plus têtu qu'eux, de ne pas forcer le mouvement mais de rendre inconfortable toutes les autres réponses ( ou de rendre confortable la bonne, c'est selon!), je rejoins tout a fait la technique VSV de la liberté surveillée, un peu comme donner des crayons à un enfant en lui disant de dessiner ce qu'il veut mais dans la limite de la feuille de papier...je trouvent les chevaux beaucoup plus apaisés, comme le décrit SDE dans le contrat du pas, quand ils sont libres de leur mouvement dans la limite ce qui est autorisé...comparé a ceux qui sont tenus sans arret pour garder le pas et qui, dès qu'on lache les renes, se précipitent au trot ou baissent la tete pour brouter....
Revenir en haut Aller en bas
steph_nello



Féminin
Nombre de messages : 18649
Age : 27
Localisation : Cappelle-La-Grande (59, France)
Date d'inscription : 19/12/2005

MessageSujet: Re: Peut-on donner trop de responsabilités au cheval?   Jeu 8 Aoû 2013 - 21:38

J'ai eu un test cet aprèm'/ce soir. On a fait le zig-zag du trec en marche avant, il le connaît donc il le fait tout seul, c'est son job, je fais rien. Après monté en avant, plus délicat, il a eu besoin de mon aide légère dans els coins. Puis à reculons à pied, il a besoin de guidage. Monté, il a fallu que je gère chaque pied un par un. Il a fallu deux essais mais on a réussi, et c'était étroit.

Mais ça a montré qu'il est parfaitement cap' de faire seul, autonome et libre, si c'est dans ses cordes, mais aussi capable de me dire "écoute, ça se corse, là je veux que tu me dises chaque geste". Et effectivement la réussite au deuxième essai, je guidais littéralement chaque pied et on pausait tous les trois pas. C'était chaud et ça a demandé plein de triturage de neurones pour nous deux, et il a totalement suivi ce que je disais, même si parfois je voyais mal et nous mettais dans les barres.


Donc ça montre bien les deux phases opposées: l'apprentissage/le moment extra dur, où le cheval s'appuie sur nous pour qu'on guide chaque petite étape; et l'exo/embûche qu'il peut gérer seul et qu'il prend donc intégralement en charge.

Et a priori Nello a l'air plutôt content du système. Je ne dis pas que ça s'appliquerait à tous les chevaux, mais bon quand ils savent quoi faire je vois pas pourquoi leur "tenir la main".

_________________
... L'art de diriger consiste à savoir abandonner la baguette pour ne pas gêner l'orchestre ...
... ou la badine pour ne pas gêner le Cheval ...


~Herbert von Karajan~
Revenir en haut Aller en bas
http://stephnello.skyrock.com
lolita



Féminin
Nombre de messages : 1268
Localisation : vaucluse
Date d'inscription : 26/10/2010

MessageSujet: Re: Peut-on donner trop de responsabilités au cheval?   Jeu 8 Aoû 2013 - 21:39

bien sur, puis ça les rend réfléchis et moins lobotomisés, plus ouverts d'esprit, ils apprennent a trouver des solutions par eux memes
Revenir en haut Aller en bas
SDE



Féminin
Nombre de messages : 5455
Localisation : ardennes
Date d'inscription : 03/03/2005

MessageSujet: Re: Peut-on donner trop de responsabilités au cheval?   Ven 9 Aoû 2013 - 10:33

Je suis de ces personnes qui parlent quand elles font quelque chose
moi c'est une grosse déformation professionnelle. Quand je suis avec les gamins, à l'école j'explique tout.
Du coup quand Lotus a peur d'un truc, je ne me contente pas de dire "n'aie pas peur", je lui explique ce que c'est et à quoi ça sert ! lol les gens doivent me prendre pour une folle. rougi1 
En même temps, même s'il ne comprend pas les explications, il voit que je suis calme, que je "discute" avec lui, que je connais et n'ai pas peur de la chose donc qu'à priori ce n'est pas dangereux.

En + comme steph, "parler" que ce soit dans la tête ou verbalement, ça permet de gagner en précision, pour moi. Ok j'ordonne au cheval de faire deci ou cela, mais en le disant je vise à fond mon objectif, à la fois dans ma tête mais comme je le verbalise, je l'entends aussi par les oreilles, ça fait une sorte de feed-back (je sais pas si je suis claire)

Bon pour les chevaux, je dois l'être quand même,(heureusement) car en génral si je prends un autre cheval que le mien, on se comprend et j'arrive à faire ce que je veux, même si c'est des trucs basiques à pied ! Smile

Enfin moi je trouve, comme VSV que la parole c'est l'aide-magique, sans contact, san douleur, sans renforcement négatif, toujours là de près ou de loin ! Ca rend les chevaux intelligents puisqu'ils participent à notre monde (même si ça ne nous empêche pas de travailler la gestuelle, pour participer à leur monde) Quand je vois les chevaux de débardage qui connaissent gauche/ droite et comptent jusqu'à 3, obéissent à des phrases complètes ( "recule de 3 pas, fais 2 pas à gauche") alors que le gars est à 5M de là, une tronçonneuse dans les mains, c'est pas avec sa gestuelle qu'il pourrait "dire" quoi que ce soit. applaudir 

Hier Lotus faisait mal ses pirouettes, il bougeait les antérieurs au lieu d'en planter un au sol et tourner autour, j'ai touché le membre fautif avec ma baguette en disant "non", il a de suite compris qu'il fallait le laisser au sol. Avec juste la baguette ça aurait été plus long et nécessité plus de recommencements je pense.
Quand je m'occupe des pieds, aussi la voix est indispensable, je dis "donne" ou "pose" selon que je veux qu'il lève le pied ou le laisse au sol, quand on est accroupi entre les pattes difficile de se faire comprendre par gestuelle...
Bref pour moi le voix, c'est indispensable.

_________________
http://ardennesacheval.free.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://ardennesacheval.free.fr
trotte-84



Féminin
Nombre de messages : 3716
Age : 27
Localisation : 42
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Peut-on donner trop de responsabilités au cheval?   Ven 9 Aoû 2013 - 11:27

Je penses justement qu'il y a une différence entre les débardeurs qui donnent des ordres vocaux, compris sans gestuelle, avec des codes vocaux précis, qui ne changent jamais, avec une exigence particulière, et pas de blabla superflu, et les gens qui oralisent beaucoup...

Je serais curieuse de voir certaines personnes donner un ordre vocale en restant neutre corporellement, et de voir si le cheval donne réellement la bonne réponse, à 90% du temps en dehors des ordres d'allure, j'ai pas l'impression que ça soit le cas...

Et je ne dis pas que c'est bien ou pas bien, mais moi je suis vraiment persuadée que beaucoup de choses vienne de l'intention qu'on y met et oraliser permet de nous donner davantage ses intentions....

Perso je sais que j'ai des ordres qui fonctionnent sans gestuelle, les ordres d'allure, le droite/gauche, le 1 pas marcher, le reculer.
Mais honnêtement, les autres ordres, je ne suis pas sûre qu'ils fonctionneraient à 100% du temps sans la gestuelle... Soyons honnête...

Et même, je sais que l'intention que j'y met compte beaucoup, un jour je m'amusais devant des gamins à dire que mes chevaux fonctionnaient comme des voitures, je leur donnais la vitesse à prendre... Et pour rire, j'attaque à faire "Trotte, Naka, 1ereeeee", "2eeeeeme", et tout a fonctionné, là c'était pas la gestuelle puisque je suis derrière eux mais clairement l'intention et l'énergie dans la voix que j'y mettais!

Après je pense que c'est tjs une question d'objectif mais si on veut gagner en précision et en réactivité, je pense qu'il faut parfois se forcer à être plus intransigeant envers nous même, être plus attentif à notre gestuelle, mais aussi à notre voix, je pense que trop d'information, trop de parlotte noie aussi le poisson...
Même si ça peut être bénéfique en terme de détente pour soi même et donc pour le cheval, après tout, c'est important...

Mais quand on commence à chercher plus de finesse, alors il faut être un peu plus intransigeant envers nous même je pense... Ne pas avoir 30 mots pour dire à son cheval que ce qu'il a fait est bien, etc...

Et je le vois en attelage, où là moi je suis plus précise, plus "à cheval", je n'ai que quelques ordres, mais des ordres qui fonctionnent de manière sûre, je ne fais pas de blabla superflu, et j'en gagne en précision, réellement, par rapport au travail à pied ou en selle où je le suis beaucoup moins, surtout à pied, même si j'essaye de modifier cela au fur et à mesure...

Le stage de clicker d'ailleurs m'a fait aussi pas mal comprendre de chose là dessus...
On voit vraiment que la précision est importante, si on dit "ouiii" à notre cheval au moment où il effectue le bon geste et que derrière on fait super, cool, bien, voilà et qu'on donne la friandise/pause/gratouilles, comment le cheval peut il savoir pour quel chose on l'a récompensé? Pour ce qu'il a fait quand on a dit Oui? Super? Bien?

Autant on va même le récompenser pour un geste que l'on ne souhaite pas...
Du coup c'est aussi un peu à nous de faire attention à tout cela car on peut être moins claire avec la voix et induire en erreur notre cheval sur ce que l'on attend de lui...

_________________

Mon site sur mon activité de pareuse équin et éducation du cheval http://elodie-leclercq.wix.com/parage
Revenir en haut Aller en bas
http://elodie-leclercq.wix.com/parage
steph_nello



Féminin
Nombre de messages : 18649
Age : 27
Localisation : Cappelle-La-Grande (59, France)
Date d'inscription : 19/12/2005

MessageSujet: Re: Peut-on donner trop de responsabilités au cheval?   Ven 9 Aoû 2013 - 16:12

trotte a écrit:
je suis vraiment persuadée que beaucoup de choses vienne de l'intention qu'on y met et oraliser permet de nous donner davantage ses intentions....
C'est carrément ça je pense...

Après j'ai plein de mots récompenses, mais généralement ça suit le "oui, croque", bonbon, et après il a une pause et on fait des câlins et tout et tout. Mais l'invariable c'est le "ouiii" et "croque". Les autres ovations viennent après, peut-être inutilement, peut-être pas... Il s'en plaint pas lol

_________________
... L'art de diriger consiste à savoir abandonner la baguette pour ne pas gêner l'orchestre ...
... ou la badine pour ne pas gêner le Cheval ...


~Herbert von Karajan~
Revenir en haut Aller en bas
http://stephnello.skyrock.com
SDE



Féminin
Nombre de messages : 5455
Localisation : ardennes
Date d'inscription : 03/03/2005

MessageSujet: Re: Peut-on donner trop de responsabilités au cheval?   Ven 9 Aoû 2013 - 17:58

Je pense que tu as tout résumé Trotte !
Même les ordres d'allures, je pense qu'on a des gestes "associés" quand on les donne, le cheval ressent la moindre tension, et même si on se croit détendu et "passif", on a certainement un signal corporel quelconque, que le cheval ressent d'autant plus si on est sur son dos.

Moi aussi, en attelage je suis plus concise, c'est sûrement que, monté on peut discuter de tout et n'importe quoi et donner des indications corporelles (jambes, mains) ça c'est pas possible en attelage ! Du coup je m'étais habituée, aux guides (comme je discute souvent avec mon groom !) de dire "Lotus" avant de lui donner un ordre, une parole qui lui est adressée. Qu'il ne se croie pas obligé de tendre l'oreille tout le temps, et qu'il ne rate pas ce que j'ai à lui dire Smile

Et pour la précision, tous les "horsemen" disent bien que l'important, c'est le timing. Il suffit d'une demi seconde entre sensibiliser et désensibiliser.

_________________
http://ardennesacheval.free.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://ardennesacheval.free.fr
Barracuda



Féminin
Nombre de messages : 4901
Age : 28
Date d'inscription : 13/09/2008

MessageSujet: Re: Peut-on donner trop de responsabilités au cheval?   Lun 12 Aoû 2013 - 11:30

Je n'ai pas grand chose à ajouter, tout à été dit ^^
J'ai une attitude très "distante" par rapport à mon cheval, c'est-à-dire que j'ai eu Eden qui m'a pris en main dans 80 % des cas, du coup je suis une naturellement peu directive, d'où ma très bonne entente avec des juments dominantes, qui discutent beaucoup avec moi et aiment prendre des décision.

Les hongres que j'ai monté voulaient tous être dirigés : Olaf, westerner dans l'âme, était content d'avoir des ordres et "tout seul", il était démotivé, il aimait et se sentait en sécurité dans les directives, tout comme Freek le frison et Everest, etc. Après ça dépend aussi de l'âge, Quetche et Freek, des bébés de 3/4 ans aiment être dirigés..Par exemple, j'aurais monté Little Fly comme j'aurais monté Olaf, elle aurait fait une sacrée gueule ! D'ailleurs, si elle trouvait un ordre "injuste" (je lui dis "PAS" alors qu'elle est déjà au pas, etc) elle se retournait et me disait clairement "euh, t'es gentille mais je connais mon boulot" tire langue

Nello, en lisant tes CR, je le voyais plutôt aimant les directives. C'est sans doute pour ça qu'il  s'est bien entendu avec ta Dp G7 qui devait le prendre totalement en charge ?

ça me fait penser à Everest, démotivé au début, s'ennuyant à mourir avec moi et répondant mollement à mes demandes, jusqu'au jour où je l'ai pris en charge de bout en bout, c'était sportif, et ça a été comme un déclic, à partir de là on a partagé les tâches, 60% pour moi, 40% pour lui ^^

As-tu essayé récemment des balades où tu lui demandes plus de choses ? Faire une courte balade mais où tu gères tout ?

Sinon pour la vocalisation, je suis comme toi, je demande énormément à la voix.
Les mouvements parasites sont bannis lors de l'apprentissage, ça me parait logique, lors des séances bien encadrées, que le cavalier se rende compte justement de ces multiples gestes parasites, pour mieux les contrôler, non ?
Après Fly était hyper réactive à la voix, ce n'est pas pour autant qu'elle partait au trot si j'éternuais, comme tu dis trop lol
Revenir en haut Aller en bas
http://www.youtube.com/user/Eden0147
steph_nello



Féminin
Nombre de messages : 18649
Age : 27
Localisation : Cappelle-La-Grande (59, France)
Date d'inscription : 19/12/2005

MessageSujet: Re: Peut-on donner trop de responsabilités au cheval?   Lun 12 Aoû 2013 - 17:48

Ben il s'entendait bien avec elle mais quand il s'est senti mal il l'a mise en danger plusieurs fois, chose qu'il n'a jamais faite avec moi. Alors que Clarisse, plus libertaire, il n'a jamais été dangereux du tout. Je pense que les directives ne le gênent pas si elles ne sont pas imposées à renforts d'aides et de manière autoritaire. La G7 elle dirigeait mais légèrement, subtilement. Moi je n'en suis pas là!!!

Hier j'ai testé, et ben en 10' j'avais un robot qui regardait ailleurs en faisant les exos d'un air absent. Vas-y que je m'envoie sur le cercle, mais le regard morne, oh je te fais ton reculer mais en observant les lamas, je te comprends pas, je me sauve... Donc je suis revenue à mon approche plus libre et bavarde, et là c'était re "oh chic!" et quand j'étais peu claire il s'arrêtait pour me faire face.

Je sais pas du coup. Moi j'ai pas du tout l'impression qu'il aime les prises en charge de bout en bout. S'il est en groupe il veut prendre la tête et décider. Et si les autres s'en vont ou traînent, il s'en fiche.


En fait je crois qu'en carrière, il a besoin d'être pris en charge, donc la G7 en carrière ça allait beaucoup mieux que moi. Mais en extérieur, au contraire, il veut faire son job, et il aime qu'on lui donne juste une ligne directrice et qu'on le laisse nous y emmener, donc moi j'allais mieux en balade qu'elle qui a fini par se prendre des rodéos constants et embarquement plein la caisse vers les nationales...

_________________
... L'art de diriger consiste à savoir abandonner la baguette pour ne pas gêner l'orchestre ...
... ou la badine pour ne pas gêner le Cheval ...


~Herbert von Karajan~
Revenir en haut Aller en bas
http://stephnello.skyrock.com
MarineBorg



Féminin
Nombre de messages : 20680
Age : 29
Localisation : Longes
Date d'inscription : 14/02/2005

MessageSujet: Re: Peut-on donner trop de responsabilités au cheval?   Mar 13 Aoû 2013 - 8:47

@SDE a écrit:

Après si tu veux débourrer plein de chevaux, tu as intérêt d'être au top de la communication par postures et là tu ne peux pas te permettre les mêmes approximations.
Je n'ai pas encore fini de tout lire mais je réagis au moins à ça.

Je ne suis pas tellement d'accord pour le coup. Ayant le problème d'un cheval justement trop sensible à l'assiette, je trouve qu'il est largement plus recommandé de débourrer un cheval avec ce mixe voix + postures.
Histoire que si tu fais un mauvais geste
Spoiler:
 
tu n'induises pas ton cheval en erreur.
Revenir en haut Aller en bas
steph_nello



Féminin
Nombre de messages : 18649
Age : 27
Localisation : Cappelle-La-Grande (59, France)
Date d'inscription : 19/12/2005

MessageSujet: Re: Peut-on donner trop de responsabilités au cheval?   Mar 13 Aoû 2013 - 11:56

C'est délicat, n'est-ce pas? La question du débourrage pour quelqu'un d'autre doit être méga compliquée en fait parce qu'on a quand même chacun(e) notre façon de faire et nos failles...

_________________
... L'art de diriger consiste à savoir abandonner la baguette pour ne pas gêner l'orchestre ...
... ou la badine pour ne pas gêner le Cheval ...


~Herbert von Karajan~
Revenir en haut Aller en bas
http://stephnello.skyrock.com
MarineBorg



Féminin
Nombre de messages : 20680
Age : 29
Localisation : Longes
Date d'inscription : 14/02/2005

MessageSujet: Re: Peut-on donner trop de responsabilités au cheval?   Mar 13 Aoû 2013 - 12:03

Et oui l'idéal reste de debourrer son cheval je pense :p
Revenir en haut Aller en bas
steph_nello



Féminin
Nombre de messages : 18649
Age : 27
Localisation : Cappelle-La-Grande (59, France)
Date d'inscription : 19/12/2005

MessageSujet: Re: Peut-on donner trop de responsabilités au cheval?   Mar 13 Aoû 2013 - 14:25

lol idem. Et puis si ça se plante, tu peux t'en prendre qu'à toi-même et tu retiens mieux la leçon je crois!

_________________
... L'art de diriger consiste à savoir abandonner la baguette pour ne pas gêner l'orchestre ...
... ou la badine pour ne pas gêner le Cheval ...


~Herbert von Karajan~
Revenir en haut Aller en bas
http://stephnello.skyrock.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Peut-on donner trop de responsabilités au cheval?   Aujourd'hui à 23:02

Revenir en haut Aller en bas
 
Peut-on donner trop de responsabilités au cheval?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Peut-on donner trop de responsabilités au cheval?
» Combien de kilos de POMMES peut on donner par jour a son cheval?
» Transition grain/foin..
» Eau du puit
» qui peut me donner la réponse ...merci.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aude et Etoile :: Pratiques et techniques équestres :: Autour des méthodes-
Sauter vers: