Retrouvez Aude sur son site professionnel

 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Randonnée en Bulgarie ... fin du CR

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
Marie & Tango



Féminin
Nombre de messages : 7276
Age : 23
Localisation : Aube
Date d'inscription : 31/12/2007

MessageSujet: Re: Randonnée en Bulgarie ... fin du CR   Mar 13 Nov 2012 - 19:01

Ouaiiiii !!! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
flora



Féminin
Nombre de messages : 2849
Age : 26
Localisation : marseille
Date d'inscription : 01/01/2011

MessageSujet: Re: Randonnée en Bulgarie ... fin du CR   Mar 13 Nov 2012 - 19:22

coool, victoire!!!
Revenir en haut Aller en bas
FoolMax



Masculin
Nombre de messages : 3591
Age : 29
Localisation : La Rochelle (17)
Date d'inscription : 20/01/2008

MessageSujet: Re: Randonnée en Bulgarie ... fin du CR   Mar 13 Nov 2012 - 19:23

C'est parti pour le CR !
Les deux premiers jours, c'est le voyage aller. Pas de photos et pas de canassons... Mais bon, faut commencer au début !


J-1
Aujourd'hui, grand départ. Ce qui était prévu, c'était que mes parents m'emmènent en voiture jusqu'à Bordeaux. Nous aurions diné puis passé la nuit chez ma grand-mère et le lendemain matin, ils m'auraient emmenée jusqu'à l'aéroport et j'aurais démarré le vrai voyage, toute seule.
Surprise de dernière minute, la voiture tombe en panne deux jours avant la date du départ. Je prendrai donc le train jusqu'à Bordeaux. Départ juste après le travail, j'angoisse à l'idée d'avoir oubliée quelque chose mais je suis contente d'être enfin en route.
Dans le train, à peine installée à ma place, je constate que mes écouteurs ne fonctionnent plus... Sachant que j'ai deux heures de train, environ quatre heures d'avion et trois heures de voiture à faire dans les prochaines 48 heures, le tout parsemé d'innombrables heures d'attente, il va être tout simplement impossible de faire tout ça sans eux. J'appelle mon père pour qu'il demande à ma grand-mère de passer au supermarché m'acheter une paire d'écouteurs. On va s'en sortir...
Arrivée à Bordeaux, pluie battante. Je traverse ma ville adorée en tramway sans rien en voir. Au point de rendez-vous, je retrouve ma grand-mère.

Depuis la mort de mon grand-père, en janvier, elle a recommencé à conduire, ce qu'elle n'avait pas fait depuis vingt ans. Autant dire que de nuit et avec cette pluie, elle n'est pas très rassurée, et moi non plus. Je lui propose de conduire, elle refuse.
Et là, le plus long voyage en voiture de ma vie. Trente minutes de cauchemar... J'ai vu ma vie défiler devant mes yeux plus d'une fois. Vais-je voir la Bulgarie ou finir dans un fossé entre le Taillan et le Pian Médoc ?
Nous arrivons enfin chez ma grand-mère. Je récupère ma paire d'écouteurs toute neuve. Visiblement, elle n'a retenu que la moitié de mes instructions car ils sont particulièrement mauvais. Mais tant pis, ça suffira à me tenir en vie musicalement.
Repas frugal. J'ai encore l'estomac tout retourné d'avoir flirté avec la mort sur la route.

Au lit, demain matin réveil à 5 heures !
Revenir en haut Aller en bas
FoolMax



Masculin
Nombre de messages : 3591
Age : 29
Localisation : La Rochelle (17)
Date d'inscription : 20/01/2008

MessageSujet: Re: Randonnée en Bulgarie ... fin du CR   Mar 13 Nov 2012 - 19:26

Jour 0
Levée en un clin d'œil, j'ai dû aller secouer ma grand-mère pour qu'elle se réveille. Petit déjeuner rapide et on file à l'aéroport.
Je suis très ferme : c'est moi qui conduit cette fois-ci. Il pleut aussi fort qu'hier soir, je n'ai pas envie de risquer ma vie une deuxième fois, je tiens vraiment à aller en Bulgarie ! Nous voilà à l'aéroport, je dis au revoir à ma grand-mère devant l'arrêt minute.

Enfin seule !
Enregistrement puis contrôle de sécurité. Au moment où je pose mes affaires dans les plateaux en plastique, je me souviens des deux gourdinettes de compote que j'ai dans mon sac. Je les avale en deux temps trois mouvements et expédie les emballages à la poubelle. Environ dix secondes plus tard, je réalise que je ne retrouve ni ma carte d'identité, ni ma carte d'embarquement. Panique à bord, je retourne mes poches, mon sac, ne retrouve rien, soupçonne mes voisins immédiats de me les avoir subtilisé pendant mon aller-retour à la poubelle. Un doute m'assaille, je retourne à la poubelle, en ressort mes précieux papiers et retourne dans la file. Je suis incorrigible...
Une fois passé le contrôle de sécurité, je me retrouve comme prévu à attendre devant ma porte d'embarquement. Je traine, j'écoute de la musique, je poste une ou deux bêtises sur Facebook.
Et puis on embarque, on décolle, on vole, on descend et on atterrit à Paris. Je change de terminal, passe un contrôle de douane et me retrouve à attendre dans l'espace Duty Free. Je fais un somme sur un canapé jusqu'à ce que l'heure me semble assez avancée pour passer le comptoir de sécurité, au-delà duquel il n'y a plus ni boutiques ni toilettes. J'attends ensuite devant ma porte d'embarquement et je commence mon livre.
La faim se faisant sentir, je m'achète un kinder bueno à une machine. J'insère les pièces, tape le numéro et là, rien ne se passe : le kinder reste suspendu en équilibre... Je reste là, stupide, à regarder ce kinder me narguer. Je n'ai pas assez de pièce pour en acheter un deuxième. C'est trop injuste. Au moment où je sors de ma torpeur, je vois le kinder basculer et tomber et j'entends des pièces tomber. Je récupère donc mon kinder et l'intégralité de l'argent que j'ai mis dans la machine. Un kinder gratuit... ! Tout va bien, finalement !

Embarquement, décollage et c'est parti. Au milieu du vol, je sympathise avec mon voisin, un bulgare ma foi, fort charmant et fort sympathique. Nous discutons jusqu'à l’atterrissage. Nous nous faisons la bise quand il me laisse à attendre mon bagage. Une bonne rencontre.

Voilà, je suis en Bulgarie, il fait 20 degrés, bien plus chaud que ce que j'attendais, et un grand soleil resplendit. Je suis descendue dans les derniers de l'avion, j'attends mon bagage devant le tapis roulant avec une quinzaine d'autres personnes. Le tapis roulant s'arrête. Nous attendons qu'il redémarre, sans inquiétude. Il ne redémarre pas. Une dame explique des choses en bulgare et tout le monde s'en va. Je lui demande une explication, elle me dit :
"Your luggage is not here, go to this desk.
- Why ? Will my luggage be over there ?
- No, no, your luggage stayed in Paris, it's the lost and found office.
- ..."
Spoiler:
 
À ce moment-là, je suis partagée entre un intense sentiment de découragement, de penser que je vais commencer la rando sans avoir tout mon équipement, et un immense sentiment de triomphe : j'avais prévu ce désastre et j'ai dans mon bagage cabine l'essentiel pour commencer la rando sans mon équipement. Je fais la queue, on me dit que c'est normal : parfois, ils n'ont pas le temps de charger les bagages qui proviennent d'un autre vol... Selon eux, j'aurais probablement mon bagage demain par le vol qui arrive à la même heure. Je franchis dépité les portes de sécurité et me retrouve dans le hall d'arrivée où un bulgare tenant un panneau "Riding Base Balkan" me fait un signe.
C'est Tsetso, un des guides, il m'attend depuis longtemps, il se doutait bien que si j'étais en retard, c'est qu'il y avait un souci avec les bagages. Je commence par pleurer un peu sur mon sort et puis je me ressaisis : je suis en vacances, j'étais préparé à ce genre de désagrément, je vais pas me laisser abattre.
Seule ombre au tableau, comment faire sans mon duvet ? Tsetso me dit qu'il n'y a pas besoin de duvet, qu'il y a des draps et des couvertures dans tous les endroits où nous dormirons. D'ailleurs, me dit-il, la liste de matériel ne dit pas d'emmener un duvet. Encore une fois, je choisis de prendre les choses du bon côté : je n'ai pas fait un achat inutile, j'ai fait un investissement que je rentabiliserai dans d'autres circonstances. Et tant mieux, même avec mon bagage perdu, je pourrais dormir sans avoir froid !

Une demie-heure plus tard, arrive Hélène, l'autre membre du groupe. La bonne nouvelle, me dit Tsetso, c'est que le groupe, c'est juste elle et moi ! Et le guide, bien sûr. Ce n'est pas Tsetso qui nous guidera mais un de ces collègues, nous le rencontrerons ce soir. Hélène, elle, a mon âge, elle est étudiante en médecine, elle vient de Grenoble et on s'entend tout de suite très bien. Nous montons dans la voiture et nous voilà parti pour 2h30 de route, direction Apriltsi.
Nous passons d'abord dans le quartier rom, franchement pauvre, puis l'autoroute entre les montagnes. Première impression : ça ressemble à l'idée que je me fais du Canada en automne. Tout est orange et rouge. C'est sublime. Nous traversons des petits villages, la radio passe du Scorpions en boucle, la nuit tombe, je somnole et enfin, Tsetso nous réveille :
"Welcome to Apriltsi !"
C'est un long village le long d'une rivière. Tout est éteint, nous croisons des chiens et des chats qui se gardent bien de traverser la route devant nous. Enfin, nous arrivons à notre destination : une maison d'hôte où nous passerons les deux premières nuits.
Tsetso nous indique nos chambres et nous fait savoir qu'un repas nous attend tout de suite dans la salle à manger. Notre guide passera dans la soirée. Quant à mes bagages, lui ou un de ses collègues s'en occupent et ils me tiennent au courant dès qu'ils ont des nouvelles.

Nous posons nos affaires dans nos chambres et descendons vite manger. La gérante de la maison d'hôte a fait un feu de la cheminée, nous commençons par une bonne salade puis nous enchainons avec des boulettes de viande façon kefta et des pommes de terre au four. Le tout, arrosé bien sûr d'une petite bière bulgare qui a un drôle de goût de miel, qui me rappelle l'hydromel.

Première photo, devant notre premier repas bulgare.


Pendant que nous mangeons le dessert, nous voyons arriver notre guide. Miro, environ 35 ans, petit, jambes maigrelettes, longs cheveux bruns ramenés en queue de cheval et petit bouc. Il porte une chemise à carreau et un jean remonté trop haut. Typiquement l'homme-cheval : quasiment ridicule à pied, totalement impressionnant à cheval, mais cela je l'apprendrai plus tard. Il parle d'une voix grave dans un anglais approximatif et j'ai peine à comprendre tout ce qu'il dit. Il nous parle des chevaux, de l'heure à laquelle on se retrouve demain matin, nous recommande de bien nous couvrir. Certes, il faisait très beau à Sofia mais ici, nous avons bien ressenti l'influence de la montagne : il fait frais et humide la nuit, reste à voir le jour...

De retour dans nos chambres, nous prenons une bonne douche chaude. La salle de bain bulgare typique n'a pas de bac de douche : on se douche au milieu de la pièce et l'eau dégouline jusqu'à une bonde. Il faut penser à planquer ses vêtements dans un recoin sous peine de les retrouver tous mouillés. Ça demande une certaine organisation...
Il y a un sèche cheveux dans la salle de bain, ce qui m'évite d'avoir froid avec mes cheveux mouillés. Je dois dire qu'il ressemble plus à un lance-flamme qu'à un sèche-cheveux : il émet une lumière orange très similaire à celle d'un grille-pain, chauffe à une température infernale et sent le cramé. Efficace mais dangereux à pleine puissance !

Avant de dormir, je fais le point sur mon équipement.
J'ai avec moi une tenue d'équitation, chaussures comprises mais pas les chaps, une tenue de ville, un haut et un pantalon qui peuvent me servir de pyjama et des sous-vêtements pour deux jours. J'ai l'essentiel de ma trousse de toilette mais pas mes médicaments. Je n'ai ni mon casque d'équitation, ni ma peau de mouton. J'ai une gourde, mais pas mes barres de céréales. Honnêtement, je peux m'en sortir quelques jours sans mes bagages, j'espère juste qu'ils arriveront vite... Miro m'a raconté qu'une fois, un cavalier n'a eu ses bagages que l'avant-dernier jour. J'espère que les miens seront là demain.
Revenir en haut Aller en bas
FoolMax



Masculin
Nombre de messages : 3591
Age : 29
Localisation : La Rochelle (17)
Date d'inscription : 20/01/2008

MessageSujet: Re: Randonnée en Bulgarie ... fin du CR   Mar 13 Nov 2012 - 19:54

Jour 1

Première nuit, j'ai bien dormi. Réveil vers 8 heures 30 et petit déjeuner à 9 heures. Thé ou café, yaourt bulgare au goût assez prononcé, muesli, fromage, saucisses et un drôle de feuilleté qui s'appelle un banitza. Je goûte, m'attendant à un goût sucré : il est fourré à la fêta C'est bon, mais pas du tout ce dont j'ai envie au petit déjeuner ! Je mange quand même, on a une journée de cheval qui nous attend et pas question d'y aller le ventre vide.

À 10 heures, on vient nous chercher en voiture. Nous traversons Apriltsi. Sur la place du village, il y a une grande statue de bras levants des fusils. Et en haut, il y a un nid de cigogne !
Dix minutes plus tard, notre taxi finit d'escalader péniblement une petite route pleine de cailloux et nous tombons sur un panneau Riding Base Balkans. C'est là.
Il y a des paddocks délimités par des clôtures en bois ainsi qu'un grand pré à l'arrière. Sur le côté, une petite cabane en rondins sert de club-house. Et juste devant l'entrée, les ruines de l'écurie. Miro nous racontera plus tard que celle-ci a brûlé il y a trois ans. Ils avaient travaillé d'arrache-pied pour la construire mais quelqu'un de mal intentionné y a mis le feu. Ils n'ont pas assez d'argent encore pour la reconstruire.

Derrière la ruine, il y a deux petits chevaux gris attachés à une clôture en bois. Sellés et bridés à la mode western, ils nous attendent en faisant la sieste. Le premier, c'est Film, dit Filmy. Huit ans, très trouillard tout seul mais ultra sûr en groupe. Le deuxième, c'est Tyler. Quinze ans, routier, très calme. Tous les deux sont des chevaux de selle bulgares, plus ou moins coupé avec de l'arabe. Miro nous fait une démonstration rapide sur Film : la neck rein pour tourner, les jambes en avant pour s'arrêter et résister sur le mors pour reculer. Ensuite il nous dit de nous arranger entre nous pour choisir.
Honnêtement, je dois dire qu'ils ne m'ont pas fait grande impression, nos petits chevaux. Ils sont tout petits et franchement flegmatiques, pas du tout ce à quoi je m'attendais. Et je n'aime pas les gris. Il faut dire aussi que dans ma tête, aucun cheval n'arrive à la cheville de Tanalt... Je choisis Tyler, sans trop savoir pourquoi. Il est un peu plus ramassé que Film mais ce n'est pas un coup de cœur.
Inutile de vous dire que j'ai largement eu le temps de changer d'avis sur son compte !

Nous remplissons nos sacoches avec le pique-nique et nos affaires pour la journée et nous partons. Aujourd'hui, c'est une simple prise de température : nous faisons une boucle d'une journée autour du ranch. Ce soir, nous dormons à Apriltsi à la maison d'hôte et demain, ce sera le grand départ.

Notre guide nous laisse nous mettre en selle et part chercher son cheval. Un sublime étalon croisé arabe et bulgare, juste sublime. Il est gris également et il a la pêche. Impossible de mémoriser son nom. Hélène et moi l'appelons tout simplement le "stallion".

Départ. Premières impression dans la selle western : très confortable, très enveloppant, très agréable. Mais, je sens bien que le siège est dur et que ce soir j'aurais très mal aux fesses. Il faut absolument que mes bagages arrivent vite !









Il fait bon, le ciel est couvert mais le soleil perce de temps à autres. Nous évoluons dans la forêt automnale, les couleurs sont très belles. Nous allons au pas puis nous trottons un petit peu et au début, j'ai un peu de mal à trouver ma place au trot enlevé dans la selle western. On descend une première pente très raide et Tyler monte immédiatement dans mon estime : un pas régulier et sûr, absolument rassurant. Nous tombons sur le pré où sont les chevaux du ranch, Tyler me fait une petite accélération, il croit sûrement qu'il va les rejoindre. Quand on les dépasse, il a clairement l'air déçu.

Les chevaux du ranch



Ensuite un temps de galop dans une prairie : Tyler a un galop très confortable et avec la selle western, je m'installe tout de suite très bien au galop assis. Deuxième galop, juste après. Je n'hésite pas une seconde, je sors l'appareil photo, passe en mode film et immortalise l'évènement.



Petite pause buvette





Arrêt dans les fougères




















À midi, nous nous arrêtons pour pique-niquer à côté d'un petit torrent. Il y a là un petit kiosque en bois qui couvre une table de pique-nique avec des bancs. Miro nous explique qu'en été, c'est juste impossible de s'asseoir à la table tellement il y a de randonneurs dans le coin.
Le pique-nique, c'est du pain, du fromage, de la saucisse, des olives et ce que Miro appelle "Bulgarian ketchup", une sauce faite de tomates, poivrons, carottes et épices. Chacun prend une tranche de pain, tartine de ketchup et mange avec ce qu'il veut. En dessert, des gaufrettes au chocolat. Nous discutons avec Miro qui se révèle très sympathique. Taciturne à cheval, c'est un très bon conteur à table. Il nous parle de chevaux, d'ours, de chiens.
En parlant de chiens, il y en a justement deux qui nous suivent aujourd'hui. Une vieille berger allemand, Kora, et une jeune croisée porte et fenêtre, Iandra. Kora n'a plus de dents de devant mais cela ne l'empêche pas de dévorer les restes de notre pique-nique. Demain, quand nous partirons pour de vrai, elles resteront au ranch pour garder les chevaux et ce seront les deux chiens de Miro qui viendront avec nous.

Pendant le repas, nos chevaux restent attachés à des arbres. Nous ne les désellons pas car il ne fait pas bien chaud et ils risqueraient de faire des gonfles à cause du changement de température. Ils ont bien compris qu'ils partaient en rando et ils s'économisent : ils broutent un peu les premières minutes mais bien vite, ils font une petite sieste.

Tyler



Aime-moi, je suis mignon !



Photo de couple : Hélène et Film



Moi et Tyler



Nous repartons et passons l'après-midi dans des petits chemins de forêts, nous montons et descendons et tombons parfois sur de grands espaces ouverts.
Nous croisons quelques vaches, Miro nous dira plus tard qu'il s'agit des siennes. Et puis nous tombons sur un troupeau de chèvres. Je tente de les prendre en photo mais l'appareil refuse de s'allumer. C'est le début de la fin, je prends encore quelques photos mais bien vite, il cesse de fonctionner.



Incident notable : l'étalon du guide fait sa mijaurée et tente de botter Film, qui est pourtant très loin de le coller. Sans avertissement, il lance les postérieurs à une hauteur assez effarante. Grosse remise de pendules à l'heure, il se cabre très haut et finit par se calmer. Nous retenons bien la leçon et gardons toujours de très grandes distances avec lui.

Nous traversons un village où nous tombons sur un petit vieux qui transporte du bois sur son vélo. Des branches de plusieurs mètres de long qu'il attache au vélo pour les transporter plus facilement. Ce n'est pas le seule à avoir cette technique, nous en croiserons bien d'autres plus tard.



Traversée d'un verger de prunier. Tyler en flagrant délit de gourmandise. « Je t'emmène dans les branches parce que les branches, c'est bon ! »



Plus loin, nous tombons sur deux petits chevaux alezans crins lavés. L'un pâture au piquet, le deuxième est en liberté. Très curieux, il se dirige vers nous puis nous suit. Nous trottons pour le semer, il galope à côté de nous. Et puis quand nous sommes trop loin de son copain, il fait demi-tour et revient vers lui au triple galop.



Les chiennes, elles, disparaissent dans un vallon. On les entend aboyer et puis on s'éloigne. Quand elles reviennent, Kora a une oreille abîmée et Iandra du sang sur son collier, elles se sont probablement battues avec d'autres chiens. Rien d'anormal pour Miro.





Nous arrivons au ranch vers 16 heures 30.



À gauche, le club-house, devant les paddocks et au milieu derrière, les ruines de l'écurie.

Nous attachons nos chevaux et demandons à Miro si nous pouvons l'aider à les déseller mais il refuse : il préfère les laisser attachés 30 minutes avec la selle sur le dos avant de les déseller, le temps qu'ils sèchent et se refroidissent un minimum. Nous rentrons donc à Apriltsi.

La maison d'hôte



Nous prenons une bonne douche chaude et puis, comme il est tôt, nous décidons de sortir faire un tour du village. Nous nous arrêtons deux rues plus loin dans le bar d'un petit hôtel dans l'espoir de nous y faire servir une bière. La gérante ne parle pas un mot d'anglais mais "beer", c'est international !
Nous nous installons donc sur une petite table dans le jardin, de laquelle nous verrons passer sur la route tout pleins d'animaux (chiens, moutons, chèvres, vaches !) Bon moment de détente et de rigolade !



Retour à la maison d'hôte où nous nous régalons d'un bon repas devant la cheminée.





Miro passe au moment du dessert pour nous expliquer la journée du lendemain. La gérante en profite pour appeler l'aéroport, elle me passe le téléphone et on m'explique que finalement, mes bagages n'arriveront que demain ! Ça commence à m'inquiéter, si chaque jour ils me disent demain, ça peut durer longtemps.
Or, nous sommes maintenant au début de la vraie randonnée. En principe, les bagages sont transportées de gîte en gîte par une jeep. Pour un groupe de deux randonneur, ça n'est pas rentable, nous partirons donc avec un cheval de bât. Inutile de vous dire que ça nous plaît beaucoup plus que la jeep !
Miro nous confie donc à chacune un sac étanche de 40 litres que nous devons remplir avec nos affaires. Pour moi, c'est assez facile, j'ai plein de place car je n'ai presque rien à emporter ! Hélène par contre, doit faire un tri dans ses affaires. Ce que nous n'emportons pas reste dans nos chambres, nous dormirons là la dernière nuit avant de partir.

La gérante de la maison d'hôte s'émeut de mon sort et me prête une serviette de toilette et un pyjama. Connaissez-vous la fashion week d'Apriltsi ? Cette année, les motifs floraux étaient à l'honneur. Je fais un défilé pour Hélène, dans la chambre et on rigole bien de mon nouveau look bulgare !

Spoiler:
 

Ce soir, je décide de laver tous mes sous-vêtements. Au cas où mon bagage n'arriverait pas demain, ce qui semble de plus en plus probable. Ensuite, je les étend sur le radiateur et passe toutes les cinq minutes les changer de côté, comme si ça pouvait les aider à sécher plus vite ! J'ai l'impression de cuire des saucisses au barbecue ! À un moment, je tente de m'aider du sèche-cheveux lance-flamme : je le mets à pleine puissance, deux minutes plus tard, il grille et cesse de fonctionner. Je retourne donc à la méthode du barbecue et je me couche.
Revenir en haut Aller en bas
Marie & Tango



Féminin
Nombre de messages : 7276
Age : 23
Localisation : Aube
Date d'inscription : 31/12/2007

MessageSujet: Re: Randonnée en Bulgarie ... fin du CR   Mar 13 Nov 2012 - 20:59

Youpie ! J'attends la suite, le suspens est insoutenable.
Vas-tu retrouver tes bagages ? Comment ça va se passer avec le cheval de bât ? Finiras-tu par aimer ton petit cheval ? tire langue
Revenir en haut Aller en bas
Alastyn
Administratrice
Administratrice


Féminin
Nombre de messages : 9136
Age : 29
Localisation : Meaux
Date d'inscription : 09/02/2010

MessageSujet: Re: Randonnée en Bulgarie ... fin du CR   Mar 13 Nov 2012 - 21:18

applaudir

_________________
conseils et astuces TREC : http://trec-28.e-monsite.com/
blog de Val : http://apprentie-treckiste.blogspot.fr/
Revenir en haut Aller en bas
http://trec-28.e-monsite.com/
flora



Féminin
Nombre de messages : 2849
Age : 26
Localisation : marseille
Date d'inscription : 01/01/2011

MessageSujet: Re: Randonnée en Bulgarie ... fin du CR   Mar 13 Nov 2012 - 21:34

je suis tout simplement fan de ton recit et tes péripéties me font sourire avouons le!

Vivement la suite!
Revenir en haut Aller en bas
Barracuda



Féminin
Nombre de messages : 4901
Age : 28
Date d'inscription : 13/09/2008

MessageSujet: Re: Randonnée en Bulgarie ... fin du CR   Mar 13 Nov 2012 - 21:54

woowoo
Revenir en haut Aller en bas
http://www.youtube.com/user/Eden0147
trotte-84



Féminin
Nombre de messages : 3716
Age : 27
Localisation : 42
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Randonnée en Bulgarie ... fin du CR   Mer 14 Nov 2012 - 8:10

super ce récit, on attends le J-2!!

_________________

Mon site sur mon activité de pareuse équin et éducation du cheval http://elodie-leclercq.wix.com/parage
Revenir en haut Aller en bas
http://elodie-leclercq.wix.com/parage
Mareva



Féminin
Nombre de messages : 3477
Age : 48
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 30/03/2010

MessageSujet: Re: Randonnée en Bulgarie ... fin du CR   Mer 14 Nov 2012 - 8:43

vivement la suite ! les photos sont sublimes !! applaudir

_________________
« Les mystères de la vie, les plus beaux cadeaux de l’existence arrivent bien souvent sur le dos d’un cheval noir… » Linda Kohanov –Le Tao du cheval
Revenir en haut Aller en bas
steph_nello



Féminin
Nombre de messages : 18652
Age : 27
Localisation : Cappelle-La-Grande (59, France)
Date d'inscription : 19/12/2005

MessageSujet: Re: Randonnée en Bulgarie ... fin du CR   Mer 14 Nov 2012 - 10:07

J'adore!! Et j'ai même pas accès aux photos de l'école mais le récit est topissime... La suiiiiiite!!!!!!

_________________
... L'art de diriger consiste à savoir abandonner la baguette pour ne pas gêner l'orchestre ...
... ou la badine pour ne pas gêner le Cheval ...


~Herbert von Karajan~
Revenir en haut Aller en bas
http://stephnello.skyrock.com
Nariane



Féminin
Nombre de messages : 3331
Age : 35
Localisation : Lyon / ouest lyonnais
Date d'inscription : 16/11/2009

MessageSujet: Re: Randonnée en Bulgarie ... fin du CR   Mer 14 Nov 2012 - 10:21

Merci pour la lecture Elise !

En vrac, je dirai que tu as l'air bien stressée pour le départ, ferai tu partie comme moi du club des filles qui veulent TOUT contrôler??? Smile

Allez allez, je sen s qu'au fil des jours tu vas lâcher prise et que ça va etre top.

Perso, le petit dej avec des saucisses me fait très envie...

Les chevaux moins, comme t, car, comme toi, j'aime pas les blancs, mais il faut savoir passer outre la couleur n'est ce pas?

Enfin, être 2, si la fille est sympa, c'est top, comme une rando entre amies.





Revenir en haut Aller en bas
SDE



Féminin
Nombre de messages : 5455
Localisation : ardennes
Date d'inscription : 03/03/2005

MessageSujet: Re: Randonnée en Bulgarie ... fin du CR   Mer 14 Nov 2012 - 11:22

Purée, les papiers dans la poubelle... C'est mortel ça ! ...

Mais le coup du Kinder... alien il t'es arrivé des trucs super bizarres à l'aéroport ! !!

Inezmmon jke trouve que tu as super bien assuré, après la disparition de tes bagages.... Quelle force et quel optimisme tu as eu !!! coupe je t'admire !




_________________
http://ardennesacheval.free.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://ardennesacheval.free.fr
Magali



Féminin
Nombre de messages : 4474
Age : 43
Localisation : Albi, Tarn
Date d'inscription : 14/01/2009

MessageSujet: Re: Randonnée en Bulgarie ... fin du CR   Mer 14 Nov 2012 - 11:22

LA SUITE, LA SUITE, LA SUIIIIIIIIIIIIIIIIITE!!!!!!!
Moi je leur trouve une super bonne bouille aux 2 grisous, et ils sont bien bâtis, modèle économe.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Alastyn
Administratrice
Administratrice


Féminin
Nombre de messages : 9136
Age : 29
Localisation : Meaux
Date d'inscription : 09/02/2010

MessageSujet: Re: Randonnée en Bulgarie ... fin du CR   Mer 14 Nov 2012 - 12:00

Ralala comment tu as trop gérée sans tes bagages !

Quelle idée aussi de partir de Bordeaux, tu aurais aussi vite fait de prendre le train pour Paris ^^


Tu nous as un peu tué le suspense avec ta première photo en fait...

Spoiler:
 

_________________
conseils et astuces TREC : http://trec-28.e-monsite.com/
blog de Val : http://apprentie-treckiste.blogspot.fr/
Revenir en haut Aller en bas
http://trec-28.e-monsite.com/
Barracuda



Féminin
Nombre de messages : 4901
Age : 28
Date d'inscription : 13/09/2008

MessageSujet: Re: Randonnée en Bulgarie ... fin du CR   Mer 14 Nov 2012 - 12:32

AH AH, bien joué Alastyn, j'avais en effet titlé quelque chose avec la différence de bombe et de dessus de selle en mouton sans faire la relation de cause à effet, tss ^^
Revenir en haut Aller en bas
http://www.youtube.com/user/Eden0147
FoolMax



Masculin
Nombre de messages : 3591
Age : 29
Localisation : La Rochelle (17)
Date d'inscription : 20/01/2008

MessageSujet: Re: Randonnée en Bulgarie ... fin du CR   Mer 14 Nov 2012 - 20:04

Barracuda : Certes, vous avez la situation finale : j'ai retrouvé mes bagages. Mais à votre avis, c'était quel jour ? Le deuxième jour de la rando ? Ou le dernier jour de la rando ? Réponse bientôt !

Oui Ariane, je suis une angoissée de la vie mais c'est dû au fait que que je suis une grosse tête en l'air aussi. Le genre qui jette sa carte d'identité et sa carte d'embarquement à la poubelle, quoi...
Mais, je me soigne ! Je suis d'ailleurs assez fière d'avoir pris l'histoire des bagages à la cool et de pas m'être pris la tête tout du long avec ça. (Merci SDE...)

Magali, au final moi aussi je les trouve choupinous les deux grisous. Et puis, c'est du cheval-chèvre qui passe par tous les terrains, avec un galop super confort. Bien adaptés au coin, en tout cas.

Allez, je rajoute un ou deux jours ce soir, en fonction du rythme auquel j'arrive à mettre les photos en ligne.
Revenir en haut Aller en bas
FoolMax



Masculin
Nombre de messages : 3591
Age : 29
Localisation : La Rochelle (17)
Date d'inscription : 20/01/2008

MessageSujet: Re: Randonnée en Bulgarie ... fin du CR   Mer 14 Nov 2012 - 21:12

Jour 2

Je me réveille comme un enfant le matin de Noël. Miro m'a dit hier soir que l'aéroport pouvait livrer mes bagages à n'importe quelle heure du jour et de la nuit. Forcément, je me lève en espérant trouver mon bagage dans l'espace entre les deux chambres et la salle de bain. Il n'y est pas. Et dans le couloir devant la porte ? Non plus. C'est pas tous les jours Noël, il faut croire.
En revanche, mes sous-vêtements sont secs. L'opération barbecue de chaussettes est un succès. J'ai devant moi deux jours de sous-vêtements propres !

Au petit déjeuner, ce matin, il y a des crêpes. Mais pas grand chose pour les garnir, en particulier pas de nutella ou de chocolat. Coup dur... Je me contente donc de quelques crêpes beurre-sucre et c'est déjà bien bon !
Après le petit déjeuner, nous fermons les sacs étanches après avoir vérifié qu'ils contenaient bien tout ce qui est nécessaire à une semaine de randonnée et nous disons adieu à nos bagages de la civilisation (valise à roulettes et vêtements de ville resteront ici à Apriltsi). Inutile de préciser que "nous", à ce moment du voyage, c'est surtout Hélène. Moi j'ai juste une culotte, deux chaussettes et un pyjama bulgare qui se battent en duel dans mon sac, le choix est vite fait !

À 9 heures pétantes, nous sortons devant la maison d'hôte et attendons notre taxi qui arrive avec 20 minutes de retard. La conductrice, une autre guide de Riding Base Balkans, nous explique que Miro ne lui avait pas donné le bon horaire. Elle nous fait monter dans le minibus où se trouvent plusieurs sacs en plastiques pleins de vêtements. Ce sont des vêtements à elle que je peux emprunter, des pantalons d'équitations, des pulls, des T-shirt, des casques et même une paire de mini-chaps. Je fais un tri sommaire et choisi quelques vêtements, de quoi me faire une tenue de rechange. Je trouve aussi un casque au look discutable mais qui tient bien mieux sur ma tête que celui que j'avais la veille.
Sur le chemin du ranch, notre conductrice me propose également de s'arrêter dans un magasin qui vend des vêtements. Attention, je n'ai pas dit un magasin de vêtements : c'est un mini-marché tout petit dans lequel je sélectionne de quoi compléter ce que j'appellerai mon déguisement de bulgare. À ce moment du récit, il convient de faire une petite précision : Apriltsi n'est pas une capitale de la mode. Tout est trop grand ou trop petit, tout est franchement démodé, c'est magnifique ! Je me trouve quand même un super sweat à capuche douze fois trop grand mais très douillet et très chaud. De retour en France, il sera parfait pour trainer en pyjama à la maison !

Après ces quelques emplettes vite fourrées en boule dans mon sac étanche, nous arrivons au ranch. Les chevaux sont déjà prêts, encore une fois. Miro en profite pour nous présenter notre cheval de bât. C'est un petit bai foncé placide qui s'appelle "Glotché" (transcription phonétique approximative). Aujourd'hui, il nous suit tout nu, sans rien porter d'autre que son licol car l'endroit où nous dormons ce soir est accessible sans problème par la route. Et il faut espérer que ce soir, mon bagage arrivera dans la jeep en même temps de le sac d'Hélène, le bât de Glotché et les couvertures des chevaux.
Nous nous préparons à partir mais au moment de monter sur nos chevaux, une bagarre éclate entre les chiens. Aujourd'hui, nous partons pour la rando avec les deux chiens de Miro et forcément, l'un des deux s'est mis en tête de réduire en bouillie l'un des chiens du ranch. Le combat est très violent, ils se mordent à la gorge, c'est assez impressionnant. Miro arrive au pas de charge et se charge de les séparer à coups de pied. Ensuite, il met une trempe aux deux chiens, en particulier à sa chienne, car c'est elle qui est allée attaquer le chien du ranch. Enfin, nous sommes prêts à partir. Du moins, c'est ce que nous croyons...
Miro monte sur son étalon et attrape la longe du cheval de bât que lui tend un homme à pied. Et l'étalon lance les postérieurs sur le cheval de bât... Remise des pendules à l'heure en mode western : spin, galop, arrêt, reculer, demi-tour et re-départ au galop, re-arrêt, etc. Deuxième tentative, deuxième attaque de l'étalon, deuxième séance musclée d'éducation à la politesse. La troisième fois, l'étalon arrête de faire son cake et nous pouvons enfin partir.
Miro nous explique plus tard que son étalon a l'habitude du cheval de bât et qu'il le tolère très bien derrière lui. Sa réaction d'aujourd'hui est tout simplement dû au fait qu'une jument du ranch est en chaleur. Mais mine de rien, il a du tempérament, le stallion !

Enfin, c'est le départ, le vrai grand départ, ce soir on dort ailleurs ! Bye bye Apriltsi ! Nous chevauchons dans la forêt, sur des petits chemins, ça grimpe un peu, les chevaux sont bien, nous aussi.
La seule chose qui ne va pas, c'est mes fesses... Rien à redire sur l'assise de la selle western, je me sens comme dans un fauteuil, bien encadrée, parfait ! Sauf que c'est un fauteuil façon trône de fer ou bois massif : on a vu plus moelleux ! Là, j'ai deux points douloureux au niveau des ischions, presque des bleus. Je pense avec nostalgie à ma peau de mouton artisanale qui m'attend dans mon bagage, et à mon bagage qui est peut-être perdu quelque part à Roissy. J'espère vraiment qu'il va finir par arriver, d'autant que tous mes anti-douleurs sont aussi dedans. Bref, si l'inquiétude pouvait se matérialiser dans une partie de mon corps, ce serait les fesses !

Petite pause brouting et tentative de photo 
« Tyler, je t'aime !
- Moi je t'aime bien mais je préfère brouter, lâche-moi ! »





Hélène et Film



Une ferme, des vaches



Nous traversons un village en remontant sa rue principale. J'aime bien ces moments de bref passage dans la civilisation. Les gens nous regardent avec intérêt, nous les saluons d'un signe de tête.









Nous passons devant un troquet bien typique. Tentation est grande d'attacher les chevaux au pare-choc d'un camion et de se commander une petite bière. Mais bon, si on commence par s'arrêter à chaque bistrot pour picoler, on est pas arrivés aux rochers chantants !

Nous quittons le village par un chemin qui monte, le long d'une poignée de maisons de bric et de broc, abritant chacune un ou plusieurs chiens de garde qui se mettent immédiatement à hurler dès qu'ils nous voient approcher. Nous sommes escortés par une horde d'une douzaine de chiens de toutes tailles et de tous poils qui nous aboient qu'ici c'est chez eux et qu'ils nous connaissent pas et qu'on a intérêt à vite dégager avant qu'ils nous mangent tous crus. Et forcément, ce sont les plus petits qui gueulent le plus fort ! Les deux chiens de Miro, eux, ne prêtent absolument aucune attention à ces microbes et avancent sans se poser de question, sans même lever une oreille.
Nous passons devant un petit box de bois qui abrite un immense cheval. Comment ont-ils pu faire rentrer un cheval dans un si petit abri ? Mon hypothèse est qu'ils ont construit le box autour du cheval...

Le box en question, c'est la cabane en bois rikiki sur la gauche.



Un autre cheval, perdu dans le paysage



Enfin, nous laissons derrière nous les dernières maisons et semons le dernier corniaud braillard dans un verger. Après une belle montée, alors que nous accordons à nos montures une petite pause bien méritée.





Après ces quelques photos, je m'absorbe dans la contemplation du paysage quand soudain, j'entends derrière moi un cri de surprise : Film s'est couché sans préavis, avec Hélène sur le dos.
"Kick him, kick him !" lance Miro à Hélène et immédiatement, Film se relève.
Là, il y a anguille sous roche. Pauvre petit Filmy fait une colique. Hélène avait bien noté que, lui qui était hier si gourmand et si adroit n'avait absolument pas tenté de grappiller des branches tandis que nous marchions dans les sous-bois. Miro nous explique que c'est courant en cette saison, que c'est à cause du changement de temps trop rapide et qu'en principe, ce n'est pas bien grave. Il est toutefois un peu embêté : il a laissé les médicaments pour les chevaux avec les sacoches du bât, Film devra donc attendre ce soir avant d'avoir un médicament, à moins que son cas empire réellement, ce que ne croit pas Miro.

Nous repartons donc, un peu préoccupés. Film marche bien mais il n'a pas l'air dans son assiette. La matinée est longue, j'ai mal aux fesses, mal aux jambes à force de compenser mon mal de fesses par une assise ultra légère. Il fait humide, nous continuons à monter. Le panorama, caché par la brume, nous échappe.



J'accueille la pause de midi comme le messie. Comme hier, nous attachons les chevaux sans les déseller et nous asseyons à une table de bois vermoulue. Nous mangeons notre pique-nique bulgare comme hier : pain, saucisses, fromages, olives, ketchup bulgare et moutarde bulgare. Au dessert, alléluia, nous avons chacun une belle barre de gaufrette au chocolat enrobée de chocolat ! Je dévore la mienne et profite d'un très court rayon de soleil pour me chauffer le dos.
Film de son côté, n'est toujours pas en très grande forme. Deux ou trois fois, il tente de se coucher mais à chaque fois, les exhortations de Miro le font se relever. Au milieu du repas, Miro se lève et le fait marcher. Il nous explique que la douleur est intermittente et que, quand la douleur le prend, marcher le soulage et l'empêche de se rouler.
Le soleil se cache de nouveau, il fait froid, nous repartons.

L'après-midi, le temps se fait plus clément et nous pouvons enfin profiter de la vue. Grandes montagnes boisées, soleil qui perce entre les nuages, le tout dans une ambiance automnale magnifique. Nous prenons de larges sentiers à flanc de montagne, relativement plats.









Prise en flagrant délit ! Pour détendre mes muscles ankylosés, rien de tel que quelques mouvements de gym !



Film est de plus en plus alerte et rapidement, son énergie et sa joie de vivre refont surface, de même que son appétit. Il recommence à grappiller des feuilles à droite à gauche sans cesser de marcher. Nous sommes formels : ça va mieux ! En plus, il fait de moins en moins froid. Tout s'arrange !



Lors d'une pause, pendant laquelle Film reprend ses activités de paysagiste à son rythme normal, Miro détache le cheval de bât. À présent, nous dit-il, nous sommes suffisamment loin de l'écurie, il nous suivra sans être tenté de rentrer à la maison. Et pour le cavalier, c'est plus agréable. Miro nous explique qu'il n'y a rien de pire que de mener en main un cheval de bât l'après-midi. En effet, il commence à ressentir la faim et va tenter de plus en plus souvent de s'arrêter pour brouter et c'est usant pour le cavalier qui doit gérer son cheval et tirer sur la longe pour faire redémarrer le cheval de bât qui a le nez dans l'herbe. Libre, il se rendra vite compte que personne ne l'attend quand il broute et il reprendra bien vite sa place dans le groupe.
Miro nous dit de ne pas nous en occuper et de le contourner s'il s'arrête pour brouter. Il nous conseille néanmoins de lui céder le passage quand il est derrière nous car Glotché connait sa place, il sait qu'il doit être juste derrière le stallion, en particulier au trot et au galop.

Film qui a oublié sa colique



Glotché, tout juste détaché



Tyler et moi. Difficile d'obtenir une photo avec la tête hors de l'herbe !
« Laisse-moi brouter, j'ai faim ! »





On repart avec notre Glotché, qui sa balade libre dans le groupe. C'est assez sympathique comme spectacle !









Film est en forme, Glotché est libre, le terrain est plat et souple, les paysages magnifiques, la température est douce, tous les éléments sont réunis : c'est parti pour quelques galops paradisiaques !

On commence par trotter.



Et puis, on galope. Je fais une confiance aveugle à Tyler qui galope souplement, sans accélérer ni ralentir, à une cadence juste parfaite pour profiter du paysage quand il défile. C'est à ce moment-là qu'il gagne mon cœur, le petit grisou !



Derrière nous, les chiens tirent la langue et font des pauses baignades dans toutes les flaques qu'ils rencontrent !
Mes fesses sont toujours aussi douloureuses. Puisqu'il ne fait plus si froid, je retire mon écharpe et m'en fait un coussin de fortune. Mes fesses me disent merci. Je pense à ma peau de mouton...

Petit rayon de soleil (c'est suffisamment rare pour être noté)







Tyler : « Y a pas que l'herbe dans la vie, y a aussi les feuilles ! »



Nous nous engageons ensuite dans une grande forêt. De plat, le terrain se fait accidenté, un tapis des feuilles mortes oranges et marrons recouvre un sol boueux et parsemé de cailloux. Ça descend sérieusement, dans un labyrinthe d'arbres et de branches.



Tyler qui m'a conquis par son super petit galop m'impressionne par son agilité dans cet environnement. Une vraie chèvre ! Je n'ai qu'à m'assoir bien en arrière, lui laisser les rênes bien lâches et il se débrouille de tout ça sans difficulté ! Plus ça descend raide, plus il assure avec de tous petits pas. On est loin derrière les autres, mais on risque pas de glisser !



La seule chose que Tyler ne contrôle pas, c'est mon habileté à éviter les branches basses. J'en prends quand même une dans la tête, dans un moment d'inattention. Le casque absorbe heureusement le choc mais ça surprend !

Vidéo made in Hélène. Difficile de se rendre compte mais ça descend vraiment très raide...



Nous descendons longtemps, jusqu'à arriver à un bâtiment, le monastère où nous dormirons ce soir. Ici reprend la civilisation. D'ailleurs, elle reprend de façon très abrupte : le chemin que nous empruntons et qui passe derrière le monastère est jonché de bouteilles plastiques vides et autres détritus. Miro explique qu'il y a encore des progrès à faire en terme d'écologie en Bulgarie et que comme personne n'emprunte ce chemin, certaines personnes se permettent d'y jeter tout et n'importe quoi...

Le monastère



Alors que nous passons devant la porte du monastère où justement, un des hommes du ranch est en train de descendre les bagages du mini-bus. Je me dévisse la tête mais ne vois pas mon bagage. Je me plais à espérer qu'il est peut-être déjà déchargé et qu'il m'attend quelque part au monastère.
Nous menons nos chevaux en haut d'une petite pente goudronnée et très glissante. Ils passeront la nuit ici, attachés à des arbres. D'ailleurs, les arbres en question sont des noyers et ils donnent beaucoup ! C'est l'occasion d'un festin partagé entre moi et Tyler. S'il a gagné mon affection, je ne suis pas sûre d'avoir encore remportée la sienne. Quelques noix aident à faire pencher la balance du bon côté ! Film, lui, ne comprend pas l'avidité de Tyler pour les noix. Pour lui, c'est trop petit, il les perd dans sa bouche et finit toujours par les recracher.

Nous redescendons au monastère.





Miro nous présente au prêtre, seul résident en cette fin de saison. Le monastère a été construit aussi retiré dans la montagne pour échapper aux Turcs. Maintenant, il sert de refuge pour les touristes férus de randonnée à pied, ou comme nous, à cheval. Il n'y a plus qu'un prêtre, qui supervise la gestion du monastère. C'est un monsieur d'une soixantaine d'année, habillé d'un pull bleu marine, qui ne parle bien sûr pas un mot d'anglais.
Il nous ouvre notre chambre où nous amenons nos bagages. Encore une fois, le mien manque à l'appel. En revanche, le mini-bus a aussi amené les sacs plastiques pleins de vêtements de rechange que m'avait préparé notre conductrice de ce matin. Les vêtements à l'intérieur sont toujours aussi petits et aussi laids mais, si mon bagage continue à vouloir passer des vacances à Paris, je vais peut-être en avoir besoin.

Après un bon thé bien chaud, nous prenons possession de notre chambre avant de rejoindre Miro auprès des chevaux. Ils sont déjà désellés mais nous pouvons aider Miro à les abreuver. Nous descendons nos chevaux dans le cloître. Devant l'église, il y a un abreuvoir en pierre qui se remplit lentement. Nos chevaux y boivent chacun leur tour et se repaissent avec plaisir de l'herbe bien verte du cloître. Le temps s'est radouci, c'est bien agréable de regarder nos chevaux boire et manger dans ce décor.









Après les avoir ramenés à leurs quartiers, nous savourons une bonne douche bien chaude dans une salle de bain, à la bulgare, c'est-à-dire avec une douche sans bac, encore ! Puis sur les coups de sept heures, nous retrouvons Miro et le prêtre pour le dîner.
Le repas commence par une soupe de haricots un peu tiède mais très bonne. Ensuite, nous mangeons un ragoût de viande et de légumes qui n'est pas vraiment à mon goût. Pour arroser tout ça, le prêtre nous offre un verre de rakkia artisanale. C'est une eau de vie bulgare que l'on fait avec des fruits. On peut en faire avec des raisins, des prunes, un peu tout ! C'est très fort, ça réchauffe. Je ne suis pas très fan mais ça fait plaisir ! On mange et on boit. Derrière nous, la télé est allumée et nous regardons les informations bulgares sans rien y comprendre et un feuilleton turc particulièrement mauvais.
Et là, le moment tant attendu. Miro reçoit un coup de téléphone et me dit :
"Your luggage is arriving !
- When ?
- Now !"
Spoiler:
 
En effet, devant le monastère est garée le mini-bus du ranch. Et dans le mini-bus, il y a mon sac de voyage ! Je saute de joie ! C'est le moment où les vacances commencent pour de vrai, plus aucune ombre au tableau ! On trinque à la rakkia et on finit le repas avec un gâteau qui ne fait qu'exciter sans la rassasier ma faim de chocolat.

Repas fini, j'amène mon bagage dans la chambre et réalise alors que j'ai fait une grave erreur. J'ai fermé mon sac de voyage avec des petits cadenas et j'ai laissé les clés du cadenas avec mes affaires de voyage, à Apriltsi. C'est pas grave, je vais chercher Miro et lui explique le problème. Il rappelle son collègue et lui dit de revenir en jeep demain matin pour m'apporter mes clés. En attendant, je demande à Miro s'il veut bien essayer de casser l'un des deux cadenas, celui qui ferme la poche principale. Cela me permettra d'accéder au plus gros de mes affaires et pour le retour, j'utiliserai le cadenas intacte pour fermer la poche principale et laisserait l'autre poche sans cadenas.
Miro revient avec quelques outils. Il essaie d'abord de forcer le cadenas avec un levier puis, voyant que ça ne fonctionne pas, il prend une pince de maréchalerie et coupe le cadenas, tout simplement.
Après toutes ces péripéties, j'ai enfin accès à mes affaires !

La nuit promet d'être froide car le chauffage n'est pas encore allumé. Qu'importe, j'ai mon duvet ! Il me servira au moins à ça. Nous nous mettons au lit. Mon matelas est extrêmement mou, je m'attends à avoir mal au dos demain matin mais ça ne m'inquiète pas beaucoup. Hélène, qui a l'habitude de lire le soir, éteint la lumière et lit à la frontale 1Q84 de Murakami. Je regarde un moment les ombres mouvantes que produit la LED de sa lampe quand elle tourne les pages et m'endort comme une masse.


Dernière édition par Inzemoon le Dim 25 Nov 2012 - 20:09, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
steph_nello



Féminin
Nombre de messages : 18652
Age : 27
Localisation : Cappelle-La-Grande (59, France)
Date d'inscription : 19/12/2005

MessageSujet: Re: Randonnée en Bulgarie ... fin du CR   Mer 14 Nov 2012 - 22:05


_________________
... L'art de diriger consiste à savoir abandonner la baguette pour ne pas gêner l'orchestre ...
... ou la badine pour ne pas gêner le Cheval ...


~Herbert von Karajan~
Revenir en haut Aller en bas
http://stephnello.skyrock.com
Barracuda



Féminin
Nombre de messages : 4901
Age : 28
Date d'inscription : 13/09/2008

MessageSujet: Re: Randonnée en Bulgarie ... fin du CR   Mer 14 Nov 2012 - 22:40

décidément, ce bagage se fait trèèèèèèès désiré ^^
Revenir en haut Aller en bas
http://www.youtube.com/user/Eden0147
SDE



Féminin
Nombre de messages : 5455
Localisation : ardennes
Date d'inscription : 03/03/2005

MessageSujet: Re: Randonnée en Bulgarie ... fin du CR   Jeu 15 Nov 2012 - 19:05

J'attendais acvec impatience la suite de tes aventures ! et je ne suis pas déçue du tout ! Quelle chance d'avoir retrouvé tes bagages ! Smile

_________________
http://ardennesacheval.free.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://ardennesacheval.free.fr
Marie & Tango



Féminin
Nombre de messages : 7276
Age : 23
Localisation : Aube
Date d'inscription : 31/12/2007

MessageSujet: Re: Randonnée en Bulgarie ... fin du CR   Jeu 15 Nov 2012 - 19:53

Super ! Smile
Revenir en haut Aller en bas
maximus



Féminin
Nombre de messages : 422
Localisation : 13
Date d'inscription : 29/04/2011

MessageSujet: Re: Randonnée en Bulgarie ... fin du CR   Ven 16 Nov 2012 - 9:05

la suite, la suite ! bave
Revenir en haut Aller en bas
Nariane



Féminin
Nombre de messages : 3331
Age : 35
Localisation : Lyon / ouest lyonnais
Date d'inscription : 16/11/2009

MessageSujet: Re: Randonnée en Bulgarie ... fin du CR   Ven 16 Nov 2012 - 9:29

C'est pas du tout le même ton que ta rando au Maroc.

On sent plus de "stress", peut être plus d'attentes...?

C'est flippant la colique de l'autre cheval , mais instructif de savoir qu'on peut, il qu'il faut , continuer à faire marcher. ambulance

Ton blanc me fait trop rire, un vrai Sussu joly jumper , il ira loin le pépère!

J'aime les paysages qui nous emmène dans les contes slaves Wink



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Randonnée en Bulgarie ... fin du CR   Aujourd'hui à 11:44

Revenir en haut Aller en bas
 
Randonnée en Bulgarie ... fin du CR
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» Randonnée en Bulgarie ... fin du CR
» RANDONNÉE VTT DE LA VALLÉE DE CHEVREUSE À CHOISEL
» Quel appareil photo choisir pour nos randonnées ?
» Préparation physique pour une randonnée
» [12-09-2010] 3ème Randonnée Bartholdi VTT

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aude et Etoile :: Pratiques et techniques équestres :: Le cheval au travail :: Equitation d'extérieur, trec, ...-
Sauter vers: